AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : Vers le retour de l’importation de voitures d’occasion sous conditions...

Algérie : Vers le retour de l’importation de voitures d’occasion sous conditions ?

Algérie – Après avoir été gelée pendant quelques mois, l’importation de voitures d’occasion est-elle de retour une nouvelle fois ? Les citoyens peuvent-ils importer un véhicule de moins de trois (03) ans sous certaines conditions ? Ce que prévoit la LFC 2021. 

Dans le marché automobile algérien qui peine à retrouver sa forme depuis l’arrêt de l’importation de voitures d’occasion en Algérie, l’heure est à la stagnation. En plus de la cherté des véhicules, l’absence du matériel à vendre bouleverse progressivement les lieux de ventes qui affichent des chiffres en rouge, malgré la forte demande. 

Ce qui pourrait faire bouger les choses, si l’on se fait aux observateurs, acheteurs et vendeurs, c’est le retour à l’importation des véhicules de moins de trois (03) ans. D’après le quotidien généraliste Ennahar qui est revenu sur le sujet dans un article paru ce mardi 11 mai 2021, les citoyens algériens pourraient bien renouer avec celle-ci sous quelques conditions. 

Le média arabophone épaule ses dires par l’avant-projet de la Loi de Finances complémentaire 2021. En fait, l’article 33 de la LFC 2021 stipule la mise en place de quelques modifications au niveau de l’article 110 de la Loi de Finances 2020 qui a été, rappelons-le, gelé. 

Importation de voitures d’occasion en Algérie : Ce que l’on sait

Dans le détail, il a été autorisé aux citoyens d’importer une voiture d’occasion en passant par la douane. Dans le même sillage, le gouvernement a veillé à séparer les mesures douanières relatives à l’importation des voitures usagées, à celle des véhicules neufs. La LFC 2021 comporte également un texte de loi qui fixe les modalités et les conditions de l’importation.

Pour clarifier le flou qui règne encore sur le sujet, la directrice de la communication de la DG, Nassima Brikci, s’est exprimée sur le sujet. Elle a fait savoir que chaque citoyen œuvre droit à importer une voiture de l’étranger et la ramener au bercail. Cependant, pour pouvoir le faire, l’acheteur doit accomplir une série de démarches.

En effet, l’acheteur doit s’acquitter de quelques taxes douanières. Il existe, quand même, certaines catégories qui bénéficient d’une exonération. La locutrice n’a pas omis de les citer. Il s’agit, indique-t-elle, des Moudjahidines. Ceux-ci jouissent d’une seule et unique licence qui leur permettra de profiter de ladite exemption, précise-t-elle. 

Brikci a également cité le cas des personnes ayant des besoins particuliers. Ceux-ci peuvent donc importer des voitures spécialement aménagées pour eux tout en bénéficiant de l’exonération des droits douaniers. Outre ces catégories, Brikci a évoqué les ressortissants algériens et les diplomates qui ont changé leur lieu de résidence.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes