AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantAlgérie : "Retour de la 6ᵉ année primaire", réclament des parents d’élèves

Algérie : « Retour de la 6ᵉ année primaire », réclament des parents d’élèves

Algérie – Le numéro deux de l’Association nationale des parents d’élèves revendique le retour à l’ancien système de six (6) années d’enseignement à l’école primaire.

La vice-présidente de l’Association nationale des parents d’élèves, Fatiha Bacha, a appelé ce dimanche 25 avril 2021, à l’annulation en Algérie de la cinquième année primaire (5ᵉ AP) et revenir à l’ancien système des six (6) ans d’enseignement primaire. En effet, Fatiha Bacha a évoqué, comme priorité, la suppression de l’examen de cinquième et le retour vers l’ancien système d’enseignement au primaire qui était de 6 ans.

Elle estime que l’examen actuel de 5ᵉ AP provoque un décrochage à l’élève une fois au collège. La vice-présidente de l’Association nationale des parents d’élèves s’est exprimée, à ce sujet, via sa page Facebook. Le quotidien El Bilad a repéré la publication. Fatiha Bacha déplore l’état psychologique de ces enfants qui, d’après elle, souffrent de stress.

Elle incombe cet état à la surcharge des programmes scolaires. La dame pointe du doigt une gestion en la matière des établissements éducatifs concernés. Selon elle, cette façon de gérer laisse à désirer. C’est ce que l’on apprend par le biais du média arabophone

« Nos élèves ne dépassent pas les 10 ans », se plaint Fatiha Bacha

La porte-parole assure que le facteur âge joue un rôle important dans la détérioration ou l’amélioration du niveau d’éducation des élèves, étant donné que les ceux qui étudient cinq (5) ans à l’école primaire sont immatures, dit-elle, dans la mesure où la plupart d’entre eux ne dépassent pas les 10 ans. L’intervenante appelle alors à la nécessité d’annuler la cinquième année primaire (5ᵉ AP) et revenir à la 6ᵉ AP.

Elle a aussi relevé le manque d’activité, équipement et installations sportives qui motiveraient l’élève à venir en classe et qui l’aideraient à être plus attentif au cours. Bacha ajoute également que les élèves sont beaucoup trop nombreux en classe, ce qui épuise l’enseignant. Pour mémoire, ce n’est pas la première fois dans laquelle la vice-présidente s’exprime à ce sujet.

Elle a déjà fait part de cette « priorité » lors d’une rencontre avec le ministre de l’Éducation nationale, le mois de mars dernier. Rappelons par ailleurs que les directions de l’Éducations envisage standardiser les sujets des épreuves expérimentales. C’est pour les classes d’examen, parmi lesquelles celles de l’école primaire.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes