Algérie

Voici les réserves en eau dont dispose l’Algérie en 2020

0
réserves en eau algérie
S'abonner :

Algérie – Selon le ministre des Ressources en Eau, Arezki Berraki, l’Algérie dispose de 4 milliards de m3 de réserves en eau de surface, en plus de sa production en eau de mer désalinisée.

Dans une entrevue accordée à l’Agence de presse APS ce 22 mars, le ministre des Ressources en Eau, Arezki Berraki, a fait savoir que les réserves en eau de surface de l’Algérie atteignent actuellement les 4 milliards de m3, sans compter la production d’eau de mer désalinisée. Des capacités qui ont évité la sécheresse au pays, suite à l’impact du changement climatique de ces trois derniers mois, a-t-il souligné.

En effet, l’Algérie encourage le renforcement de l’activité des stations de dessalement en vue d’alimenter les citoyens en eau potable pendant plus d’un an, a notifié Berraki. « Ces réserves peuvent répondre aux besoins des citoyens en terme d’eau potable, y compris les habitants des régions enclavées », a-t-il indiqué, précisant qu’une quantité de 3.5 milliards de m3 y sera accordée à ces régions d’ombre.

Dans le même sillage, Arezki Berraki a expliqué que ses services collaborent actuellement avec le secteur de l’Industrie, afin d’encourager les opérateurs à produire des réseaux de purification et de prendre en charge la maintenance des stations de traitement, tout en modernisant les moyens de gestions afin d’augmenter les ressources en eau de l’Algérie.

Vers le renforcement des réserves en eau

« Les quantités stockées sont largement suffisantes pour répondre à la demande nationale », a rassuré le ministre, affirmant au passage que le plan du gouvernement prévoit une stratégie pour le prochain quinquennat afin de sécuriser cette ressource en dehors des précipitations. Concernant le recours à l’eau de mer comme première ressource, il est prévu de réaliser à l’horizon 2030, de nouvelles stations de dessalement d’eau de mer pour couvrir les besoins des villes côtières et les villes intérieures à 100 km des côtes, assure Berraki.

Dans ce sens, le ministre des Ressources en Eau, a indiqué que la production d’eau désalinisée approvisionne 17% de la quantité d’eau potable, à travers 11 stations de dessalement, d’une capacité de production de 770 millions M3 par an, couvrant ainsi les besoins de plus de 7 millions d’habitants. Berraki a évoqué, dans le même contexte, qu’actuellement quatre nouvelles stations de dessalement sont en cours de réalisation avec une capacité totale de 770.000 M3/J,  soit celles d’Alger, d’Echatt (El-Tarf), de Guerbes (Skikda) et de Béjaia.

Le ministre a en outre rappelé l’existence de l’eau souterraine dans le désert, comme seconde ressource, dont les réserves sont non-renouvelables, affirmant que cette réserve constitue un réservoir d’eau inestimable, lequel sera exploité et transféré vers les hauts-plateaux et les villes intérieures. Le secteur peut en exploiter six  milliards de M3 par an, a-t-il soutenu. 

L’Algérie s’intéresse à l’adoption d’une stratégie de raccordement entre barrages dont certains enregistrent chaque année un surplus, qui sera transféré vers les hauts-plateaux et les régions qui rencontrent des difficultés à s’approvisionner en eau potable, afin de compenser le déficit structurel d’alimentation en eau, a confié Berraki.

D’autre part, le ministère des ressources en Eau encourage la production des stations de traitement des eaux usées pour répondre à l’irrigation agricole, l’approvisionnement des chantiers (1 million d’unités de logements), le nettoyage des lieux publics et des routes, ainsi que l’irrigation des stades et des jardins publics, sans oublier l’extinction des feux de forêts en été, et ce grâce aux structures de traitement des eaux usées, dont la capacité de production s’élève à 900 millions de m3 par an.

« Aucune coupure internet n’est programmée » rassure Algérie Télécom

Article précédent

Algérie : Les vendeurs du marché noir de devises au chômage

Article suivant

Lire aussi

avatar
  S’abonner  
Notifier de