Algérie : les registres de commerce classiques deviennent caducs à partir de cette date

Algérie – Le ministère du Commerce a annoncé ce 17 mars 2022, la date butoir pour le modification/retrait des registres de commerce classiques. Voici donc la date annoncée juste dans les quelques lignes qui suivent.

En effet, dans un communiqué rendu public ce 17 mars, le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations en Algérie a tenu à rappeler aux commerçants et opérateurs économiques concernés par la modification des extraits de leurs registres de commerce classiques. Afin d’y inclure le nouveau code électronique (RCE).

Dans le détail, on apprend à travers ce même communiqué que le délai est fixé jusqu’au 30 juin de l’année en cours. Une fois cette date dépassée, les extraits du registre du commerce qui ne contiennent pas ce nouveau code deviennent « caducs et sans effet ». Leurs titulaires ne pourront donc plus exercer leurs activités.

registres commerce classiques algérie

C’est pourquoi ils devront ainsi se rapprocher du Centre national du registre du commerce (CNRC) dont le siège ce situe à El Mohammadia. Ou alors au niveau des antennes locales réparties à travers le territoire national. Cela afin de procéder à la démarche de modification des extraits des registres de commerce classiques incluant le code électronique (RCE).

Pas de hausse dans le prix des baguettes de pain

En outre, dernièrement, le ministère du Commerce a émis un avertissement aux artisans boulangers. Ces derniers ont décidé d’augmenter le prix du pain sans autorisation. Au vu de la flambée quasi-généralisée que connaît l’Algérie, le Directeur de l’organisation des marchés et des activités commerciales au sein de l’institution en question avait mis en garde les commerçants quant à cette pratique.

L’intervenant révèle que le gouvernement a dernièrement pris quelques mesures en faveur des boulangers. Celles-ci visent, selon lui, à assurer une marge bénéficiaire acceptable à ces artisans. Pour rappel, les boulangers se plaignent à maintes reprises des prix de la baguette de pain. Ils estiment que son prix, qui est de 10 DA, est insuffisant pour couvrir leurs charges.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes