Algérie : recrutement dans les universités des titulaires de doctorat et de master

Algérie – Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique apporte des explications au sujet du recrutement des titulaires de doctorat et de master dans les universités.

En effet, suite aux nombreux questionnements et controverses au sujet du recrutement des diplômés de doctorat et master dans les universités en Algérie, les services du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont tenu une réunion pour étudier le dossier et apporter les explications nécessaires. C’est ce qu’a rapporté le quotidien Echorouk, ce 14 septembre 2021.

Dans le détail, une assemblée s’est tenue au siège du ministère, hier lundi 13 septembre. L’ordre du jour portait principalement sur les conditions d’embauche des détenteurs des diplômes de doctorat et de master. Cette réunion a eu lieu en présence de trois (03) directeurs régionaux et un nombre des personnes de la catégorie concernée par ce recrutement.

En outre, le ministère en question a consacré une grande importance à ce dossier, car il entre dans le cadre du soutien de l’encadrement pédagogique au niveau des établissements universitaires. Cela, afin de trouver les solutions adéquates pour élargir le champ de recrutement des différents diplômés sur le territoire national.

Recrutement des diplômés en Algérie : les efforts fournis par le gouvernement

Au fait, le Gouvernement algérien a fourni les efforts nécessaires pour pouvoir profiter de toutes les opportunités présentes sur le marché de l’emploi. C’est du moins ce qui en ressort des chiffres et données statistiques. En sus, pour l’année 2021, l’ensemble des postes vacants ont été exploités.

De plus, le secteur de l’Enseignement supérieur a pu bénéficier de 1.400 nouveaux postes d’emploi. De ce fait, pour cette année 2021, le total des postes. Ceux ouverts en qualité de maître-assistant classe B, sont estimés à 1.655. Il s’agit de 1.043 pour les universités, 273 pour les centres universitaires et 339 consacrés aux écoles supérieures.

Il est à noter que ces chiffres représentent une nette amélioration par rapport aux années précédentes. Par conséquent, cela définit la volonté du Gouvernement à s’occuper de cette tranche de diplômés. Ainsi, leur donner la chance d’exercer dans les universités. Mais aussi, dans les différents organismes du secteur économique privé et public.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes