14.9 C
Alger
14.9 C
Alger
samedi, 18 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAlgérie : Le recours à la planche à billets est « inévitable...

Algérie : Le recours à la planche à billets est « inévitable » selon un député

Publié le

- Publicité -

Algérie – « Je suis à ce stade pour le recours à la planche à billets, car la situation aujourd’hui diffère grandement de celle d’hier », a affirmé le membre de la Commission des finances et du budget à l’Assemblée Nationale (APN), El Houari Tigharsi.

La situation que traverse l’Algérie est une situation mondiale qui annonce une grave crise financière et économique et cette circonstance exceptionnelle impose également le recours à toutes les options; et jouer toutes les cartes dans le but de générer des liquidités dans les circonstances actuelles; a souligné le député dans un entretien accordé à Echorouk. Faire appel au financement non conventionnel (planche à billets) se révèle donc inévitable.

L’interlocuteur du quotidien arabophone a ajouté que l’impression de l’argent devrait cette fois être réalisée; selon des chiffres précis et en concordance avec certaines données; et que tout le montant imprimé devrait être destiné à faire face à la crise de Coronavirus; et à gérer les dépenses supplémentaires qu’elle a engendrées.

- Publicité -

D’autant plus que les recettes des hydrocarbures connaissent un effondrement historique, a expliqué l’intervenant. Le ministre de l’Énergie l’a confirmé lors de sa réunion avec les parlementaires dans le cadre de sa dernière visite effectuée dans la wilaya de Blida. Les revenus du pétrole de cette année s’effondreraient de moitié, ce qui nécessite de recourir à des solutions efficaces et rapides; a-t-il assuré.

« Même les USA et la Chine l’ont fait », note Tigharsi

Les États-Unis d’Amérique ont imprimé 1.000 milliards de dollars pendant la crise sanitaire, tandis que la Chine a imprimé 172 milliards de dollars, a-t-il précisé en déduisant que cela confirme que la situation actuelle ne permet pas de penser à l’option d’impression; mais plutôt de se diriger directement vers elle sans le moindre détour, 

« Bien que le président ait déclaré qu’il n’y a pas d’impression de fonds dans le programme du gouvernement, mais la situation est différente aujourd’hui et la loi actuelle autorise l’impression jusqu’en 2022. »; a explicité El Houari Tigharsi.

- Publicité -

Pour rappel, beaucoup ont déjà exprimé le même avis; à l’exemple de l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie, Badreddine Nouioua; qui a antérieurement avancé que le recours à la planche à billets, ainsi qu’à l’endettement extérieur; serait imposé par les retombées économiques gigantesques de la pandémie; et de « l’amputation de la moitié » de nos revenus issus du pétrole.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -