AccueilActualitéAlgérie : Rebrab reprend le chemin des tribunaux

Algérie : Rebrab reprend le chemin des tribunaux

Algérie – L’homme d’affaires Issad Rebrab reprend le chemin des tribunaux. Il fait de nouveau face à de nombreuses accusations que nous vous dévoilerons dans la suite de cet article du mercredi 7 septembre 2022.

En effet, Issad Rebrab serait de nouveau sur le chemin des tribunaux en Algérie. Il est accusé cette fois-ci de faux et usages de faux, et de violation de la réglementation des mouvements de capitaux vers et depuis l’étranger. Il est aussi accusé d’avoir bénéficié d’exonérations fiscales et douanières. Le dossier du milliardaire et de ses associés concerne le suivi d’importation de matériel utilisé dans la filtration d’eau. 

Dans le détail, l’affaire EvCon est liée à l’importation de la Corée de 3 machines destinées à la purification de l’eau. Deux de ces machines sont arrivées au niveau des ports d’Alger et de Béjaia. Rebrab avait déjà été condamné à 18 mois de prison dont 6 mois ferme. Assortis d’une amende de 1,3 milliards de dinars. Et c’est dans le dossier de la troisième machine que le propriétaire du groupe Cevital devra répondre au juge du tribunal de Sidi M’hamed.

Ainsi, et selon le quotidien Echorouk, la valeur des deux machines indiquée par Rebrab est estimée à 5.750.000 euros. Alors qu’en réalité, ces deux machines ne dépasseraient pas les 98.983.453 dinars. Par ailleurs, le manuel d’utilisation des machines date de 2015. Preuve que ces dernières ne sont pas neuves.

Affaire EvCon : Issad Rebrab face à de nouvelles accusations

Par ailleurs, il apparaît que les machines aient été expédiées vers l’Algérie le 10 mai 2018. C’est-à-dire avant la création de la société EvCon (22 mai 2018). Ce qui relance les interrogations pour savoir comment les autorités coréennes ont envoyé une marchandise à une société inexistante. En outre, les factures de ces machines présentent également des anomalies. 

En effet, ces factures ne peuvent pas être enregistrées au nom de l’entreprise. D’autant plus qu’au lieu de porter des numéros de série, elles portent les dates d’expédition des marchandises depuis le port coréen. L’entreprise a émis le même jour des factures aux numéros très éloignés. Alors que l’envoi des marchandises s’est fait à des dates différentes. Chose à laquelle devra répondre Rebrab et ses associés dans cette affaire.

Il faut savoir que le milliardaire a toujours accusé les autorités algériennes de lui mettre des bâtons dans les roues. Obstruant ces investissements et annihilant ses efforts pour créer une croissance économique hors hydrocarbures. L’État cependant, l’encourage,selon le même média, à l’instar d’autres investisseurs, en lui permettant de bénéficier d’exonérations fiscales, douanières. Et en lui octroyant des facilités pour récupérer ses marchandises, une fois arrivées au port.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes