Algérie : les raisons de la pénurie du pain

Algérie –  La baguette de pain vendue à 10 DA s’est raréfiée dernièrement et on vous expose, aujourd’hui 29 août 2021, ce qui a provoqué cette pénurie. 

En effet, cela fait un mois depuis que les consommateurs algériens ont du mal à se procurer du pain commercialisée à 10 DA. Par conséquent, la pénurie du pain en Algérie leur laisse comme seul choix un pain largement disponible, toutefois plus cher, car celui-ci est amélioré.

En bref, le pain dit amélioré est disponible. Il l’est en abondance. C’est dans la plupart des boulangeries algériennes. Quant à son prix, on peut compter 15 DA la baguette et plus. Cette pénurie, la Fédération nationale des boulangers l’attribue à deux facteurs. Le premier point, selon eux, est le manque de matière première. Celle nécessaire à la fabrication de ce pain.

D’autre part, la hausse répétée des prix des produits pour cette préparation est le deuxième point que ces concernés indiquent. C’est en tout cas ce que rapporte Le Soir d’Algérie. D’ailleurs le quotidien a recueilli les témoignages des habitants d’Alger à ce sujet.

Les citoyens algériens s’expriment face à cette pénurie 

Dans le détail, un dénommé Lyes qui réside à Belouizdad affirme que seulement le pain amélioré était disponible dans toutes les boulangeries de Belouizdad. Mais aussi à Sidi-M’Hamed. Et à Alger-Centre. La baguette à 15 DA reste la moins chère. On trouve également la baguette à 50 DA  qui est encore plus améliorée, d’après ces vendeurs, précise-t-il. Ce phénomène dure depuis des semaines, a-t-il poursuivi.

En fait, il s’agit du pain de 10 DA auxquels ajoute-t-on quelques graines de nigelle ou de la semoule par dessous, puis vendu au double de son prix, témoigne l’habitant d’Alger. Cette supercherie révolte le père de famille. C’est pourquoi il remonte au prix de base fixé pour la baguette de pain à 8,50 DA. Seulement, les boulangers ont directement imposé le prix de 10 DA. Cette fois-ci, un autre prix est soumis par ces vendeurs sans avoir le choix, explique l’intervenant irrité.

Du côté ouest d’Alger, un retraité ricane de ces circonstances en disant que le pain à 10 DA appartient à ceux qui se lèvent tôt, d’un air ironique. Celui-ci est un habitant de Chéraga. Alors, il atteste que dans sa commune, on peut acquérir du pain uniquement à 30 DA. Pire encore, la baguette de 10 DA est proposée à 50 DA à Dely-Brahim, explicite-t-il en ajoutant qu’on a plus affaire à du pain, mais à une viennoiserie.

Voici les explications d’experts du domaine sur les raisons de ce manque

De prime abord, l’augmentation faramineuse des prix de la levure et des améliorants est la raison qui a entraîné la pénurie du prix subventionné du pain selon Youcef Kalafat. Ce dernier est le président de la Fédération nationale des boulangers affiliée à l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Toujours selon la même source.

En clair, si les artisans ne trouvent pas d’autres alternatives en plus du pain normal, telles que le pain de semoule ou d’orge, ceux-là fermeront les portes de leurs boulangeries. Étant donné que le prix de cette matière ne cesse d’augmenter de trimestre à un autre. Et ce, depuis le début de 2021, indique le responsable. Le taux de cette hausse équivaut 10 à 15 %. Sans aucune marge de bénéfices, ce sera la faillite pour eux, conclut le spécialiste.

Par conséquent, le chef de la Fédération appelle le gouvernement à apporter des solutions ce problème, dans le but d’offrir une marge de bénéfice pour le boulanger. Par ailleurs, signale-t-il, le prix du pain n’est pas subventionné, mais c’est le cas de la farine. 

Dans ce sens, le président conclut que dans l’optique du pain subventionné, les prix de la levure, des améliorants et de l’énergie qu’utilisent les boulangers doivent être soutenus.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes