16.9 C
Alger
16.9 C
Alger
lundi, 17 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : Le quota d’importation de voitures suffira pour baisser les prix...

Algérie : Le quota d’importation de voitures suffira pour baisser les prix ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – Ce samedi 13 février, le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali s’est manifesté et a donné plus de détails sur l’importation des voitures neuves en Algérie. Le quota de 20.000 voitures importées, serait-il assez suffisant pour contribuer à baisser les prix des automobiles en Algérie ? Voici les propos du ministre. 

Avec la crise multidimensionnelle qui frappe le pays de plein fouet; l’économie nationale se trouve actuellement au plus bas de sa forme. En effet, suite à cette crise, plusieurs secteurs ont été impactés et notamment celui de l’automobile.

De ce fait, les prix des véhicules se sont enflammés sur le marché et sont pour la majorité des gens inaccessibles. Pour y remédier; le ministre de l’Industrie a déclaré en août 2020 qu’il allait être question de l’importation de 20.000 voitures par an en Algérie. 

- Publicité -

| Sur le même sujet : Le « rêve » d’acquérir des voitures en Algérie est exauçable, selon Aït Ali

Mais la question qui se pose est : est ce que ce quota serait-il suffisant pour aider à baisser les prix des automobiles en Algérie ? Une interrogation à laquelle a plus ou moins répondu le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali. Et ce, lors de son intervention au journal arabophone El Mihwar, ce samedi,13 février.

Le responsable a alors déclaré qu’au vu de la crise économique qu’endure actuellement le pays; le dossier d’importation des voitures ne figurait pas actuellement dans les priorités de son service. 

Il a également précisé que le quota d’importation de 20.000 véhicules par an ne suffirait jamais à réaliser le « rêve » de certains Algériens d’acquérir une nouvelle voiture. Une demande qui dépasse largement l’offre.

- Publicité -

Le ministre de l’Industrie a justement estimé que pas moins de 200.000 citoyens algériens couraient après ce « rêve ». Cela revenait donc de l’impossible, pour couvrir les besoins de certains citoyens qui dépassent plus de dix (10) fois le nombre prévu de voitures importées. 

| Vous aimerez lire : Importation de voitures neuves et d’occasion en Algérie : Agli précise

C’est en tout cas ce que rapporte le journal arabophone sus-cité. Ferhat Ait Ali s’est également exprimé sur les agréments d’importation. Ceux-ci ne sont pas encore accordés à l’heure actuelle. Ce qui rend la tâche d’autant plus difficile.

Les seules autorisations disponibles sont des autorisations provisoires, précise le responsable. Il serait donc possible d’entamer l’activité d’importation sur les chapeaux de roues, uniquement et seulement après l’accord des agréments définitifs. C’est également ce qu’a mentionné la même source. 

Le ministre susmentionné a déclaré par la même occasion que lui-même et son équipe avaient pour priorité de bâtir une base industrielle digne de ce nom. Ce qui surcharge par conséquent le programme d’activités du ministère de l’Industrie.

De ce fait, les préoccupations premières actuelles du gouvernement sont aiguillées vers d’autres activités; loin d’augmenter le nombre de voitures neuves importés en Algérie ou de baisser les prix de ces dernières.

Ferhat Ait Ali a tenu comme même à préciser lors de la même entrevue, que cela n’était en aucun cas une atteinte aux droits des citoyens algériens. Il a ajouté alors, que chaque citoyen qui avait pour ambition d’acquérir une nouvelle voiture devait en pendre l’entière responsabilité, et non, attendre des potentielles aides ou facilités du gouvernement. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -