Algérie : Les détails du procès du militant Fodil Boumala

Algérie – Le procès de Fodil Boumala s’est tenu ce 23 février au tribunal de Dar El Beida. L’audience a été levée tard dans la nuit, après 16 heures de plaidoiries, alors que le verdict a été reporté au 1er Mars prochain.

Le procès du détenu Fodil Boumala a été ouvert ce dimanche 23 février au tribunal de Dar El Beida. Représenté par 46 avocats, dont Abdelaghani Badi et Mostefa Bouchachi, le militant et journaliste Fodil Boumala a prononcé un plaidoyer magistral sous les applaudissements de l’assistance, avec la présence de sa famille, ses proches et de nombreuses figures du Hirak dont Lakhdar Bouregaa ou encore Samir Benlarbi.

« Le mot Liberté est cité 53 fois dans la constitution, donnez-moi une seule liberté respectée ! […] C’est le système qui m’a mis en prison, pas la constitution. », a claironné d’emblée Fodil Boumala lors de son plaidoyer. (Des propos rapportés par les journalistes Djaafar Kheloufi et Mustapha Bastami.)

« Mon opposition radicale concerne le système de gouvernance, pas les personnes. […] Je suis prêt à être jugé pour ce que j’ai écrit depuis 30 ans. Si vous trouvez un mot qui menace l’unité nationale, je suis prêt à être exécuté. Je ne suis qu’un cri, une particule de ce peuple qui aspire à la liberté. », a ajouté l’ex-journaliste de l’ENTV, toujours sous les applaudissements de l’assistance et des proches du militant.

« Je suis triste pour mon pays. Certaines personnes ont colporté des accusations à mon encontre. Je dénonce et je nie ces accusations. Le système de gouvernance n’est pas l’Algérie, et l’Algérie n’est pas le système. Je n’accepte pas la confusion entre le gouvernement et le régime et l’Algérie éternelle et sacrée. Moi, je suis opposé au régime », a-t-il poursuivi, suscitant une nouvelle fois les applaudissement des présents.

Le parquet requiert 1 an de prison, le juge renvoie le verdict au 1er Mars

A l’issue de son plaidoyer remarquable, le procureur de la République près la Cour de Dar El Beida a requis une peine d’une (1) année de prison ferme assortie d’une amende de 100.000 dinars.

Le juge d’instruction de la même instance, qui a entendu les plaidoiries des 46 avocats qui se sont poursuivis jusqu’à 2h00 du matin, suivis par le dernier mot de Fodil Boumala, a pour sa part, décidé de renvoyer le verdict au 1er Mars prochain.

Pour rappel Fodil Boumala a été placé en détention provisoire le 19 septembre dernier au centre pénitencier d’El Harrach. Il est poursuivi entre autres, pour « atteinte à l’intégrité du territoire national » et « diffusion de publications touchant l’intérêt national ».

https://www.facebook.com/dzairdaily/posts/513736246201491

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes