Algérie : le prix des voitures d’occasion affiché sur Ouedkniss tourne à la dérision

Algérie – Les internautes se sont déchaînés sur les réseaux sociaux en se moquant des prix des voitures d’occasion affichés sur les sites de vente, comme Ouedkniss.

Il est vrai que le marché de l’automobile demeure en stagnation depuis plus de deux années, ce qui a suscité le mécontentement et l’inquiétude des concessionnaires, mais aussi, des citoyens qui cherchent à acquérir de nouveaux véhicules. D’autant plus que le prix des voitures d’occasion sur Ouedkniss en Algérie dépasse toutes les espérances.

En effet, des voitures déjà utilisées sont vendues à des prix exorbitants, que ce soit au niveau des marchés d’occasion ou sur les sites spécialisés. Chose qui a conduit plusieurs personnes actives sur les réseaux à se révolter. Cela dit, ils ont quand même su prendre le sujet sous un temps de moquerie. C’est du moins ce qu’a rapporté Echorouk, ce vendredi 10 septembre 2021.

Dans le détail, avec la suspension de l’activité d’importation en Algérie. Ainsi que le retard observé dans l’octroi des agréments définitifs, les acteurs dans le marché de l’automobile agissent comme bon leur semble. Les prix affichés pour les voitures d’occasion choquent plus d’un. Encore plus après que la Picanto a été proposée au prix de 400 millions de centimes. 

Automobile en Algérie : le prix de la Kia Picanto crée une vraie polémique

Au fait, un concessionnaire a mis en vente la citadine de la marque Kia au prix de 400 millions de centimes. Il a indiqué que le véhicule était disponible sous plusieurs coloris avec livraison immédiate. Cette annonce a fait réagir plus d’un. Les internautes se demandent où sont les autorités compétentes dans tout ça.

De plus, nombreux se sont exprimés au sujet de la Renault Symbol, dont le prix est de 285 millions de centimes, ou encore la Nissan Micra qui dépasse les 300 millions. Certaines pages appellent même à boycotter les prix élevés, notant que les citoyens doivent payer le prix adéquat et juste.

Dans ce même contexte, le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE), Mustapha Zebdi, s’est notamment exprimé. Il a indiqué que la voiture est devenue une nécessité pour les familles algériennes. Seulement, compte tenu des conditions actuelles, la majorité se privent de cet achat.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes