Algérie : « Le prix de la voiture Picanto à 400 millions ! », Zebdi pousse un coup de gueule

Algérie – Le président de l’APOCE, Mustapha Zebdi, pousse un coup de gueule au sujet des prix des voitures, en particulier, la Picanto qui a atteint les 400 millions de centimes.

En effet, il est vrai que le marché de l’automobile dans le pays a connu une stagnation durant ces dernières années, ce qui fait augmenter les prix de la quantité restreinte de voitures neuves disponible. À ce sujet, Zebdi s’est exprimé et a donné en exemple le prix de la Picanto en Algérie qui a atteint les 400 millions de centimes de dinars.

Dans le détail, le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE), Mustapha Zebdi en l’occurrence, s’est prononcé au micro de DZ News. Au fait, le responsable a fait part de son mécontentement quant aux prix pratiqués sur les voitures.

Il précisément protesté contre le prix de la Picanto. Sachant qu’il s’élève à 400 millions de centimes. De plus, il a indiqué que quand le prix de la voiture qui a été mise en circulation depuis plus de 20 ans est plus important que son prix initial, c’est que rien ne va plus.

Automobile en Algérie : hausse des prix des pièces de rechange de façon inquiétante

D’un autre côté, les prix des pièces de rechange des voitures ont à leur tour connu une hausse vertigineuse. C’est du moins ce qu’a précisé le même intervenant. D’autant plus que de nombreux opérateurs dans le service après-vente ne disposent pas de la majorité de ces pièces. Or, ils demandent au client de se les procurer ailleurs.

Cela dit, Zebdi a déclaré que le problème aujourd’hui est bien au-delà de ce qu’on peut constater. Ce n’est plus un problème de disponibilité de voitures neuves pour satisfaire le besoin des clients. Ça devient plus une question de sécurité routière. Sachant que si le pays ne renouvelle pas son parc automobile, le risque sur la voie publique est plus élevé.

Pour conclure, le locuteur a rappelé qu’il faisait partie des premiers, avec son association, à parler du marché de l’automobile. De plus, il a indiqué que le fait d’avoir une voiture aujourd’hui en Algérie n’est plus un luxe, mais plutôt une nécessité absolue. En particulier, avec le manque des moyens de transport dans le pays.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes