AccueilÉconomieVotre ArgentAlgérie : les prix des fruits et légumes flambent (vidéo)

Algérie : les prix des fruits et légumes flambent (vidéo)

Algérie – Le marché des fruits et légumes observe encore une fois une flambée des prix qui met les citoyens dans une situation de doute et d’inconfort. Les détails dans cette édition du mardi 31 août 2021.

Au fait, la cherté de la vie exaspère les citoyens en Algérie, qui se trouvent à nouveau confrontés à une augmentation, pas vraiment justifiée des prix des fruits et légumes. C’est du moins ce qu’ils ont soutenu au micro de DZ News, en se plaignant de cette réalité palpable.

En effet, avec des salaires aussi bas, comme pour la majorité des retraités, il est devenu presque impossible de s’acquitter de ces aliments. Qui s’avèrent être pourtant essentiels pour le maintien d’un certain équilibre. Au fait, les consommateurs ont été outrés de voir les nouveaux prix des fruits et légumes.

Dans le détail, une intervenante s’est exprimée à ce sujet. En faisant son marché du matin, elle avoue qu’un citoyen de classe moyenne ne peut plus se permettre la majorité des aliments. Elle a notamment précisé que le kilo de tomate est vendu à 150 da, la pomme de terre à 75 da et le poivron à 160 da.

De ce fait, elle a surenchéri : « on a plus quoi manger, on va s’arrêter ». En sus, elle a tenu à interpeller les autorités compétentes. Plus précisément, le ministre de l’Agriculture. Cette dame d’un certain âge a lancé un appel au premier responsable du secteur pour qu’il y ait une vérification et un contrôle à ce niveau.

Algérie : les citoyens se plaignent des prix des fruits et légumes

En outre, les interventions se suivent et se ressemblent au micro de DZ News. Toutes les personnes présentes dans ce lieu commercial semblent du même avis. Il s’avère que cette flambée des prix n’est pas un mythe, mais est bien tangible. La cherté de la vie est devenu le défi quotidien du consommateur.

Au fait, un autre locuteur a précisé qu’un salarié avec 20 ou 25.000 da doit se priver de ces aliments qui sont pourtant basiques. Il a parlé de la laitue qui est proposée à 250 voire 300 da. Cela, sans évoquer les fruits, dit-il. 

D’un autre côté, un second citoyen a souligné un point très important. Il a précisé qu’aucun prix n’est affiché sur les produits. Par conséquent, personne ne peut connaître les prix en faisant le tour. Ce qui est bien évidemment contraint aux règles et obligations de la Loi en vigueur.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes