L’Algérie exportera l’essence à partir de 2021 et le diesel dès 2024

Algérie – Les projets de modernisation des raffineries algériennes permettront l’exportation des carburants (essence et diesel d’ici 2021 et 2024), selon le DG de la raffinerie d’Alger.

Le directeur général de la raffinerie d’Alger, Hassen Boukhalfa, a expliqué lors de la cérémonie d’inauguration des nouvelles structures de raffinage ce 24 février à Alger, que l’Algérie est « prête à atteindre l’autosuffisance en production d’essence durant l’année 2020 et pourrait se lancer dans l’exportation d’ici 2021 », a rapporté l’Agence de presse APS.

En effet, l’Algérie a malheureusement dû recourir à l’importation de ce carburant afin de couvrir les besoins du marché national qui se sont élevé à 4 millions de tonnes, notamment du fait de la baisse de la production nationale d’essence en 2019 qui n’a pas dépassé les 2.7 millions de tonnes, la réhabilitation récente des raffineries du nord du pays permettra d’augmenter le rythme de raffinage, a indiqué Boukhalfa.

Le directeur de la raffinerie a souligné par ailleurs que les capacités de production vont augmenter davantage avec la mise en service de la nouvelle raffinerie de Hassi Messaoud (Ouargla) en 2024, ce qui permettra de répondre au besoin local et entamer les exportations vers l’étranger, précise la même source. De son côté, la compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach estime que l’Algérie devrait produire environ 7 millions de tonnes d’essence à l’horizon 2026, dont 2 millions de tonnes destinées à l’exportation.

Combler le besoin local et entamer l’exportation à l’horizon 2024

Il est utile de préciser, que l’Algérie est une grande consommatrice de diesel. D’ailleurs, la production algérienne de gasoil a dépassé les 8.5 millions de tonnes en 2019, tandis que sa consommation a atteint plus de 10 millions de tonnes, a indiqué Hassen Boukhalfa.

À ce propos, le responsable de la raffinerie a fait savoir que l’Algérie maintiendra l’importation de ce carburant jusqu’en 2023, avant d’inverser la tendance à l’horizon 2024 en entamant l’exportation dès l’entrée en service de la raffinerie de Hassi Messaoud, qui participera à une hausse significative de la production, atteignant les 12.5 millions de tonnes selon les prévisions.

« 16 millions de tonnes de gasoil seront produites localement par les raffineries algériennes en 2025 et 2026, dont un excédent de 4 millions, sera réservé aux marchés externes. », a avancé le responsable de la raffinerie d’Alger durant la même cérémonie.

Rappelons à cet égard que l’Algérie a été classée 5ème pays au monde où le prix des carburant (essence et diesel) coûte le moins cher, et première concernant les prix du GPL-c, selon le classement établi par le site spécialisé Global Petrol Prices.

D’après les derniers chiffres en date du 25 février 2020, le prix du litre d’essence en Algérie est évalué à 0.35 Dollars (41.90 DA), le diesel est fixé à 0.19 Dollars (23 DA), tandis que le GPL-c coûte 0.075 Dollars (9 DA).

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes