L’Algérie pourra acheter du blé après l’exclusion de la Russie du système Swift ?

Économie – L’Algérie pourrait faire les frais des sanctions appliquées contre la Russie au sein du système Swift, au sujet de son approvisionnement en blé. Dzair Daily relate pour vous tous les détails dans la suite de cette édition du lundi 07 mars 2022.

En raison de l’exécution d’une opération militaire ordonnée par Vladimir Poutine, en Ukraine, la Russie s’est attirée les foudres du système international Swift. Cette exclusion de ce pays est susceptible d’impacter les intérêts algériens. D’autant plus que le pays s’approvisionnait en blé par la Russie, ce qui présente pour l’Algérie une menace alimentaire, en raison de cet écartement du régime Swift.

Effectivement, notre pays s’alimentait du blé russe d’une manière directe. Cette situation l’a amené à chercher d’autres issues de secours. En fait, l’Algérie serait sur le chemin de prospecter d’autres pays fournisseurs de blé. Et ce, afin de pouvoir payer les redevances. C’est du moins ce que rapporte Ennahar.

Par ailleurs, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural s’est exprimé à ce sujet. En fait, le paiement des redevances aux entreprises russes se faisait à travers le système international Swift. Cela afin de faciliter les transferts de fonds. De plus, lesdites sociétés accrochaient, sans faute, les arrangements internationaux présentés par l’Algérie.  

Approvisionnement en blé : d’autres candidats seraient dans le viseur de l’Algérie 

En effet, l’exclusion de la Russie du régime Swift par les pays occidentaux est due à ses affrontements militaires avec l’Ukraine. Néanmoins, cet écartement ne serait pas d’un grand profit à l’Algérie. Cette dernière serait donc amenée à chercher pour ses céréales d’autres partenaires internationaux commercialisant le blé

À en croire notre source, l’Argentine, le Mexique et le Canada seraient les candidats idéaux pour l’Algérie, afin de s’approvisionner en blé. Notons par ailleurs que l’Algérie serait à l’abri d’une éventuelle crise au niveau de son stock de céréales. Ses réserves couvriraient la consommation nationale durant l’année 2022.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes