Algérie : voici pourquoi les prix des fruits et légumes ont augmenté

Algérie – À la lumière de la propagation de la Covid-19, le marché connaît une flambée des prix des fruits et légumes renforçant le système immunitaire. Le président de l’association de protection du consommateur El Aman s’est exprimé sur les raisons de cette hausse.

Dans l’optique de se protéger contre le coronavirus et renforcer le système immunitaire, les Algériens ont intégré certains aliments dans leur quotidien. Outre leurs propriétés nutritionnelles de base, ces aliments fonctionnels contribuent à la prévention et à la réduction des risques de contamination. Toutefois, ces fruits et légumes se vendent à des prix exorbitants en Algérie. Hacène Menouar est revenu sur les paramètres de cette flambée cyclique.

En effet, le président de l’association de protection du consommateur El Aman a fait le point sur les raisons de l’augmentation des prix de certains aliments. Cela lors de son intervention hier, sur la chaîne généraliste Lina TV. On rapporte pour vous l’information, ce lundi 2 août 2021. La flambée des prix concerne l’alimentation naturelle à l’instar de certains fruits et des plantes médicinales, qui ont la cote en ces temps de coronavirus.

Selon Hacène Menouar, les commerçants de ces produits sont les premiers responsables de cette fluctuation des prix. Ces derniers prennent des marges exorbitantes. Pour faire flamber les prix des aliments curatifs, qui soutiennent le système immunitaire, ils recourent au stockage de ces produits. Les citoyens algériens se retrouvent ainsi, pris au piège par le dictat des marchands. C’est ce qu’a dénoncé le même intervenant.

Les prix de certains aliments curatifs

L’orateur a évoqué un deuxième facteur de cette flambée. Celle-ci fait que ces aliments sont cédés à des prix assez élevés. Selon le locuteur, les consommateurs partagent la responsabilité. L’achat excessif et inconsidéré des aliments a créé un déséquilibre entre l’offre et la demande. Provoquant, de ce fait, une flambée cyclique des prix.

Effectivement, sur les étales des marchés, aucun aliment fonctionnel n’échappe à cette flambée, malgré leur disponibilité. Les prix affichés font fuir. Celui des citrons, par exemple, a atteint 800 DA le kilogramme. Le clou de girofle se vend au prix de 3.500 dinars le kilo. Le prix du thym, quant à lui, est à 2.000 dinars algériens. Il s’agit des montants relayés par la même source médiatique.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes