Algérie Poste : vers l’incitation de l’usage du paiement électronique ?

Digital – Le taux de digitalisation des transactions financières en Algérie est bas, c’est pour ça que le vice-gouverneur de la Banque d’Algérie a incité Algérie Poste à promouvoir le paiement électronique. On vous en dit plus ce jeudi 17 mars 2022.

A l’occasion de la tenue d’une journée d’étude sur la finance digitale en Algérie, le vice-gouverneur de la Banque d’Algérie, Mouatassem Boudiaf, a déploré le manque d’essor des services de paiement électronique, notamment chez Algérie Poste. Il a également indiqué que l’effort devra venir des banques afin d’amorcer cette transformation numérique.

Selon Boudiaf, les banques doivent faire un effort et trouver des solutions pour muter le système financier vers le digital et le numérique. Il a souligné que la Banque d’Algérie a déjà mis à disposition nombre d’outils et d’instruments. Pour faciliter les transactions digitales financières. Comme le rapporte le quotidien l’Expression.

Ainsi, certaines banques proposent des services de Mobile Paiement, ou par QR Code. Le taux actuel de bancarisation est de 40 à 44%. Tandis que le taux de compensation par chèque monte à 85%. Et seulement un tiers des transactions bancaires se font par carte, et le fait est que seulement 1% des cartes en services est utilisé pour les transactions financières digitales, notamment à travers l’utilisation des GAB.

Les mesures à mettre en œuvre pour amorcer l’essor du paiement électronique

En outre, la plupart des clients des banques ne possèdent pas de cartes ou ne les utilisent pas dans leurs transactions financières. Et quasiment la seule opération pour laquelle ces cartes sont utilisées est pour le retrait d’argent. Par conséquent, la nouvelle mouture de la loi sur la monnaie et le crédit contient de nombreuses révisions et réformes, qui selon le vice-gouverneur apporteront l’appui juridique nécessaire pour encadrer le secteur.

Le but visé est donc d’augmenter l’attractivité du paiement électronique pour les citoyens. Et ce, en proposant de nouvelles offres et formules, pour attirer commerçants et utilisateurs des cartes. Il faudra évidemment intégrer le secteur public dans ces transactions. Tous ces efforts mis bout à bout pourront alors faire monter la courbe d’évolution du secteur.

A titre d’exemple, il faudra généraliser les paiements électroniques par le biais des impôts, de la sécurité sociale et autres institutions nationales. Mais avant de pouvoir le faire, il faudra mettre en place une réglementation et assurer la sécurité des données. Au final, la journée d’étude à été monopolisée par le développement du secteur des transactions digitales. Reste à savoir ce que ça donnera dans l’effectif après application de toutes ces mesures.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes