Algérie : La pomme de terre vendue à 140 dinars à la veille de l’Aïd El Fitr

AlgérieÀ seulement quelques heures de la fête d’Aïd El Fitr, le prix de la pomme de terre s’est envolé pour atteindre 140 dinars algériens le kilogramme. 

Il y a quelques jours, elle était vendue à pas plus de 55 dinars le kilogramme dans plusieurs marchés algériens. À l’heure actuelle et alors qu’Aïd El Fitr s’apprête à frapper aux portes des Algériens, le prix de la pomme de terre a connu une hausse des plus spectaculaires pour atteindre, en un temps record, 140 dinars le kilogramme en Algérie.   

Quelques virées effectuées par le quotidien généraliste Ennahar, ce mercredi 12 mai 2021, ont suffi pour observer cette fluctuation subite. À ce qu’il parait, la petite fête religieuse est venue et avec elle, une flambée des plus sensibles et injustifiables des prix des légumes, au plus grand dam des consommateurs algériens. 

Cette hausse a d’ailleurs touché plusieurs produits. La hors de prix de toutes est la pomme de terre. Le prix de ce produit incontournable, sans lequel de nombreux citoyens ne se verraient pas passer trois semaines successives, s’est explosé à quelques heures de la fête religieuse. 

Aïd El Fitr en Algérie : Le prix des légumes repartent à la hausse

Ils sont nombreux les légumes qui ont cette regrettable tendance à battre les records de hausse à l’approche des occasions festives. C’était le cas d’ailleurs au beau début du mois de ramadan. Les citoyens termineront donc le mois sacré comme ils l’ont accueilli. Ils  doivent débourser 120 dinars pour acheter un kilogramme de laitue. 

Le piment est cédé à 80 dinars algériens. Le prix de la tomate oscille entre 70 et 100 dinars. Celle qui était vendue à 50 dinars il y a seulement quelques jours, a vu son prix doubler. En effet, la carotte est à 100 dinars le kilogramme.

Revenons de nouveau au cas de la pomme de terre. Il sied de rappeler que l’Onilev a tenu à déstocker de grosses quantités de pommes de terre dans plusieurs wilayas. Cela s’est passé il y a deux semaines. Le but étant de réguler les prix de ce produit. La démarche en question a en fait apporté ses fruits. 

En effet, elle a conduit à une baisse de prix. Celle-ci n’a duré, malheureusement, que quelques jours, pour s’être reléguée au passé à la fin du mois de ramadan. Précaire après avoir été presque vidé durant le mois sacré qui nous quitte, le porte-monnaie des citoyens devrait dépenser donc presque 300 dinars pour deux (02) kilos de pomme de terre. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

error: Contenu protégé