AccueilÉconomieAlgérie : la politique des subventions étatiques remise au devant de la...

Algérie : la politique des subventions étatiques remise au devant de la scène

Algérie – Le Premier ministre s’est exprimé, hier, à propos des subventions étatiques qui vont être revues dans les prochains mois. Pour les curieux, ne bougez pas ! On vous en dit plus, juste ci-dessous dans ce nouveau numéro du lundi 26 septembre 2022.

En effet, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane s’est manifesté, ce dimanche, lors d’une réunion tenue dans le cadre des travaux de la quatrième rencontre gouvernement-walis qui a eu lieu au Palais des Nations à Alger. Lors de cet événement, le haut fonctionnaire a abordé plusieurs sujets, notamment l’attribution des subventions étatiques en Algérie. 

Vous êtes intéressé et vous voulez en savoir davantage ? Ça tombe bien ! On vous livre, dans ce nouveau numéro de Dzair Daily, plus de détails à cet égard. En fait, lors de cette réunion, le bras droit du Président de la République a fait part de quelques modifications qui auront lieu dans les mois à venir. 

Ainsi, il a été convenu que les subventions et aides accordées par l’État soient dorénavant plus ciblées. C’est-à-dire qu’elles seront réservées aux personnes nécessiteuses seulement. Cela, dans le but de « garantir une vie descente au citoyen ». 

Ce qui, par la même occasion, conservera la dimension sociale du gouvernement. Toujours dans le même sillage, l’ancien ministre des Finances a précisé que les transferts sociaux ont été estimés à 5.131 milliards Da en 2021. C’est ce qu’a rapporté le média en ligne Jeune Indépendant dans son récent numéro. 

Importations en Algérie : Benabderrahmane précise 

En effet, en plus de s’être manifesté sur le sujet des subventions étatiques, le Premier ministre a aussi abordé le sujet du commerce extérieur. À ce propos, le responsable a indiqué qu’actuellement « l’État vise à protéger le produit local et la production nationale, industrielle et agricole, à travers la maîtrise des importations ». Voulant dire par là que le gouvernement n’est pas vraiment contre cette pratique, « mais contre le gaspillage ». 

D’ailleurs, cette nouvelle politique a donné ses fruits, selon le même intervenant. Et pour cause, Benabderrahmane a proféré : « Cette politique a conduit à la maîtrise de la balance commerciale ». Et par conséquent, à l’amélioration de cette dernière. Tout en précisant que l’Algérie est, aujourd’hui, plus à l’aise financièrement. C’est aussi ce dont a fait état la source déjà mentionnée.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes