Algérie : polémique sur le retrait de 10 jours sur le salaire de ces professionnels

Algérie – Une vraie polémique sur le retrait de 10 jours sur le salaire de ces professionnels s’installe dans le secteur de l’éducation nationale. Nous vous dévoilerons davantage de détails à ce sujet dans la suite de cet article du lundi 24 janvier 2022.

Le secteur de l’Éducation nationale se retrouve encore une fois au cœur d’une nouvelle polémique. En effet, suite à la suspension des cours de 10 jours, que le ministère de l’Éducation nationale a appliqué, une décision s’est installée. Cela concerne le retrait de 10 jours sur le salaire de certains professionnels, à savoir des enseignants contractuels et vacataires en Algérie. C’est ce que rapporte le quotidien Echorouk.

De ce fait, l’Inspection générale des Finances (IGF) en Algérie a reçu des instructions pour mettre en œuvre les procédures de retrait sur le salaire de ces professionnels concernés. Et ce, en appliquant les directives ministérielles conjointes entre les ministères de l’Éducation et des Finances, ainsi que la Direction générale de la Fonction publique.  

Par la même occasion, les directions de l’éducation de certaines wilayas d’Algérie, ont pris des mesures complémentaires. En effet, celles-ci soutiennent la déclaration du ministère de l’Éducation nationale. Et ce, concernant la poursuite du travail pendant la suspension des cours de 10 jours. Cette décision concerne les enseignants, les administrateurs et les travailleurs professionnels.

À quelles exigences sont soumis ces enseignants ?

Effectivement, bien que les établissements scolaires soient fermés, le travail continu pour les enseignants des trois paliers. D’autant plus qu’ils sont, en contrepartie, soumis à une signature quotidienne. Et ce, comme preuve de leur présence. Dans le cas contraire, ils seront considérés comme absents et leur salaire se verra réduit. Bien qu’aucune loi n’a abordé cette modalité en cas de vacances exceptionnelles. La même source rapporte.

Cette décision a alors suscité le mécontentement des employés du secteur éducatif.  Ces derniers ont estimé que les directions de l’Éducation nationale ont pris des mesures sans base légale. Ladite source relate que la question des retenues appliquées sur les salaires des employés a déplu. Cette dernière a en effet créé une polémique entre les directions concernées.

Cela dit, les différentes directions ont refusé l’idée de porter atteinte aux salaires des enseignants contractuels et vacataires. Au fait, il a été demandé, par la même occasion, une nouvelle décision de la part du ministère. Une décision qui a suscité l’approbation d’un bon nombre d’inspecteurs qui ont rejeté l’idée de la remise.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes