Économie

Algérie : Plan de relance économique, post-Covid-19, dévoilé

1
algérie plan relance économique
S'abonner :

Algérie – Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a été de passage hier vendredi sur le plateau de la chaîne d’information Echorouk News. Il a révélé durant cette entrevue les grandes lignes du plan de la relance économique de l’Algérie pour l’après-coronavirus.

Aymen Benabderrahmane a fait part au média d’actualité du plan de l’Algérie pour la relance économique. « Les transferts sociaux se sont élevés cette année à 1797 milliards de dinars », a alors affirmé le ministre. Les voici : « 124 milliards de dinars injectés au secteur de l’éducation. 198 milliards sont destinés à soutenir (subventionner) le lait et le blé. 82 milliards de dinars pour l’électricité, le gaz et l’eau. 289 milliards de dinars pour les retraités. 340 milliards de dinars au secteur de la santé. 166 milliards de dinars pour les nécessiteux et ceux qui ont des besoins spécifiques. 446 milliards de dinars pour les assurances sociales ».

« Nous élargirons l’assiette fiscale, a ajouté le ministre par ailleurs, et n’augmenterons pas la valeur fiscale ». En outre, « le processus d’évaluation pour déterminer la couverture financière des personnes impactées est en cours. L’État ne renoncera pas à soutenir les groupes vulnérables, en particulier dans les zones d’ombre », a promis l’intervenant.

Le responsable a également assuré que « la réforme financière est un point essentiel du programme du Président de la République ». Ainsi, « nous avons commencé par la réforme budgétaire et nous numériserons le secteur fiscal ». En sus, « nous avons plusieurs extrants pour les assises nationales sur la réforme fiscale ». Et d’ajouter : « Nous avons commencé à réformer le système fiscal. Nous avons aussi décidé de la création de la Direction générale de la numérisation et du système d’information économique ».

La réforme bancaire au cœur du plan de relance       

Le ministre des Finances a, d’autre part, souligné que « le marché noir de la devise diminuera ». Ce sera « grâce aux mécanismes que nous annoncerons dans les prochains jours », a-t-il précisé. Pour l’instant rien n’est encore révélé. Le détenteur du portefeuille des Finances dans notre pays a affirmé que bientôt les mesures pour limiter le marché parallèle de change sortiront au grand jour.

« L’attirance de l’argent via la conformité fiscale était faible », a expliqué Benabderrahmane. Ce dernier a poursuivi en soulignant : « Notre devoir est de restaurer la confiance du citoyen dans ses institutions financières et bancaires ». Selon les mêmes propos, « il y a beaucoup d’argent dans les domiciles grâce au business ». Le ministre estime donc que « les Algériens peuvent déposer leur argent dans n’importe quelle banque tout en prenant des bons à la caisse ».

« La BNA est la première banque à lancer la finance islamique en août. Le Haut Conseil islamique (HCI) s’en chargera de la formule de la finance islamique. La formule islamique permettra d’attirer les fonds en dehors du système bancaire ». Le membre du gouvernement a noté que « notre réseau bancaire et financier est faible ». Pour étayer ceci, il a noté que seuls 1670 agences bancaires sont présentes en Algérie.

Le ministre n’a pas manqué de rappeler les nouveaux billets et pièces de la Banque d’Algérie. Ils seront émis « à partir du 1er novembre » 2020. Cela « pour commémorer l’Histoire de l’Algérie », a-t-il explicité.

Article recommandé :  Aïd El Kebir 2020 en Algérie : Les prix flambent à cause du Coronavirus

Bac BEM 2020 en Algérie : Nouvelles sanctions contre les fraudeurs

Article précédent

Algérie : Réquisitionnent de plusieurs hôtels pour confiner les rapatriés

Article suivant

Lire aussi

1 Commenter

  1. Pourquoi tant de cachotteries pour ces gouvernants qui ne cessent de nous parler des projets qui sont encore flous . ” Nous avons une idée , mais le moment venu on vous l’expkiquera” malheureusement le moment ne viendra jamais et on continue à vivre dans les promesses , promesses jamais tenues car il sera déjà trop tard. Demain , c’est deja aujourd’hui dans la vie d’une nation.
    Jamais un ministre de ce gouvernement n’à pu nous mettre au fait réel de son plan.

Comments are closed.