AccueilActualitéAlgérieAlgérie : les pharmacies optent pour la grève générale et renouvelable

Algérie : les pharmacies optent pour la grève générale et renouvelable

Algérie – Les pharmacies seront en grève générale et renouvelable dès cette date. L’équipe de Dzair Daily dévoile tous, dans la suite de ce passage d’aujourd’hui.  

En effet, le Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine (SNAPO) annonce la date du début d’une grève nationale et renouvelable des pharmacies en Algérie. Sachant que celle-ci sera tenue afin de soutenir le mouvement de grève organisé par leurs collègues. Soit le mouvement des pharmaciens de la wilaya de Guelma, prévu le 14, 15 et 16 janvier 2023. 

Au fait, le président du SNAPO a déclaré, lors d’une conférence de presse, que la grève générale devrait débuter le 16 janvier 2023. Sachant que celle-ci sera précédée par une manifestation, le dimanche 15 janvier. C’est du moins ce qu’a rapporté le quotidien arabophone généraliste Echorouk dans son numéro. 

Par ailleurs, le premier responsable du syndicat, Messaoud Belambri en l’occurrence, a déclaré que ses services ont élaboré un rapport détaillé pour le président de la République. Ainsi que pour le  Premier ministre, le ministre de la Santé et le ministre des Finances. 

Le même rapport a également été envoyé au ministre de l’Industrie pharmaceutique. Ainsi qu’au président du Conseil national économique social et environnemental. Et ce, afin de les informer de la situation. Mais aussi, de la position du syndicat par rapport à la nouvelle taxe qui leur a été imposée. Plus de détails sont à découvrir dans la deuxième partie de cet article du 4 janvier 2023.

« La nouvelle taxe menace les pharmacies en Algérie »

En outre, le même intervenant estime que l’introduction de nouvelles taxes nuit à la promotion de l’industrie locale. Ainsi qu’au système de la carte Chifa. Dans ce contexte, le président du SNAPO a déclaré que « la nouvelle augmentation de la collecte des revenus est représentée par la soumission des subventions à l’impôt en tant qu’avantages et en la soumettant complètement à l’impôt sur le revenu ».

Ajoutant, « ce qui signifie l’annulation de cette subvention dans un premier temps. Puis, l’élimination, dans le futur, et par anticipation de ses retombées positives attendues sur le terrain ». Ainsi, le même responsable a appelé à mettre fin à ce « grave problème qui menace l’avenir de chaque pharmacien en Algérie, d’autant plus que ces professionnels paient toutes les obligations fiscales qui en découlent ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici