Algérie : PHANTOM-ND s’exprime sur la dépendance des joueurs à PUBG

Algérie – Reconnue comme maladie par l’OMS, la dépendance des enfants aux jeux vidéos occupe encore les parents. Voici ce que dit le joueur pro de PUBG en Algérie, PHANTOM-ND sur le sujet. 

Généralement, quand ce n’est pas l’incitation à la violence dans les jeux vidéos qui est pointée du doigt, le tour de la partie se réserve à l’addiction. Invité à l’émission Daif Net de la chaîne de télévision, Echorouk TV, ce mercredi 20 janvier, le youtubeur PHANTOM-ND s’est exprimé sur la dépendance des joueurs à PUBG en Algérie. 

« Il y a certainement des joueurs accros », avoue PHANTOM-ND. Derrière les petits écrans, se pare donc un côté addictif et abrutissant. Celui-ci incite les joueurs à passer des nuits entières à se balader dans les terres. Tout cela, dans l’espoir de prendre quelqu’un dans le viseur de son arme à feu. 

« Il y a aussi ceux qui viennent rigoler et passer du temps », tient à souligner l’influenceur. « Pendant le confinement, ce jeu a aidé plusieurs jeunes à tuer le temps », ajoute-t-il. Si l’on en se fie, cette drogue qui s’est répandue comme une traînée de poudre avec l’arrivée de la pandémie, était donc bénéfique pour les adolescents en période de confinement. 

Jouer aux jeux vidéos, ce métier de rêve 

Discret, il a gardé son amour pour le jeu dans une boite secrète inaccessible à sa famille. Seulement ses fans qui le suivent peuvent alors y accéder. « Lorsque j’ai commencé ma chaîne YouTube, je n’ai pas mis ma famille au courant », dit-il. « Par la suite, j’ai dû partager mon écran en utilisant une webcam. Et c’est comme ça que mes frères ont su. La nouvelle s’est donc répandue entre les membres de toute ma famille, y compris ma mère et mon père », indique le joueur. 

Comme la majorité des parents, « leurs réactions étaient plutôt négatives », a-t-il fait savoir. Évidemment, « on me disait que le jeu vidéo est une perte de temps ». Après, « je leur ai expliqué que c’est ce que je veux faire aujourd’hui et plus tard. J’ai fini par leur prouver que ce que je faisais était correct et ils ont compris », raconte-t-il. Pour PHANTOM-ND, jouer est un métier rentable qu’il souhaite poursuivre. 

Il convient de rappeler que plusieurs pays ont déjà interdit le jeu à succès, PUBG. En Algérie, un député a levé haute sa voix pour interdire des jeux vidéos, dont Free Fire. Cela puisque, aux yeux de plusieurs spécialistes, ces jeux provoqueraient des troubles chez les enfants

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes