L’Algérie perd le siège de l’Agence africaine du médicament

Santé – L’Algérie échoue et perd le siège de l’Agence africaine du médicament (AMA). C’est la République du Rwanda qui a été favorisée par les membres du Conseil exécutif de l’UA. Dzair Daily vous apporte davantage de détails à ce sujet dans cette édition du 17 juillet 2022. 

L’Algérie échoue et se voit donc éliminée face à la République du Rwanda, élue finalement pour abriter le siège de l’Agence africaine du médicament (AMA). En effet, les membres du Comité exécutif de l’UA ont voté en faveur de ce pays d’Afrique de l’Est. Le vote a eu lieu ce vendredi, au niveau de la capitale de la Zambie, Lusaka, selon ce que rapporte le quotidien généraliste francophone L’Expression

Effectivement, le siège de l’AMA échappe bel et bien à l’Algérie, qui pourtant se réjouit d’une production locale en médicaments répondant à 60 % des besoins de sa popullation. Elle semblait de ce fait plus proche que jamais à dépasser toute concurrence. Toutefois, le fort lobbying mené par Paul Kagame, président du Rwanda, n’a clairement pas joué en faveur de la candidature de l’Algérie. 

Rappelons notamment que la candidature de l’Algérie ainsi que celle du Rwanda étaient, au même titre du classement, en pôle position. Notre pays s’est classé devant à la Tunisie, le Maroc, le Zimbabwe, l’Ouganda, la Tanzanie ainsi que l’Égypte. 

Par ailleurs, le processus du vote s’est déroulé à Lusaka lors du Conseil exécutif. Celui-ci a réuni les ministres des Affaires étrangères de l’Union africaine (UA), à leur tête Ramtane Lamamra. Lotfi Benbahmed, ministre de l’Industrie pharmaceutique, était notamment de la partie. Cette candidature aspirait à accroître les médicaments destinés à l’exportation à travers le continent.  

L’Algérie ambitionne de conquérir le marché africain du médicament 

À cet égard, l’Algérie a organisé le salon « El Djazaïr Healthcare » à Dakar, la capitale du Sénégal, tenu du 17 au 20 mai dernier. Elle compte donc un grand nombre d’unités de productions créées en collaboration avec des secteurs public et privé. Elle escompte, par cette démarche, dominer le marché africain. 

Dans le même sillage, certaines unités qui se sont lancées dans l’exportation se plaignent de problèmes de transport et de change de monnaies étrangères. Ces derniers sont dus au manque de banques nationales à l’étranger.

D’autre part, le groupe Saïdal, les laboratoires Pfizer, Sanofi, et le Groupement pharmaceutique de l’Union européenne (UE) envisagent de produire ensemble divers types de médicaments. 

Enfin, cette nouvelle organisation de l’UA a pour rôle d’assurer la disponibilité des médicaments et des vaccins sur le continent africain. Elle tend notamment de lutter contre les faux remèdes et ceux de qualité nuisible et d’efficacité douteuses.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes