Algérie : « pension de retraite minimale à 6 millions », un syndicat suggère

Algérie – Suite à l’annonce du président Tebboune au sujet de l’augmentation des salaires, le syndicat des retraités réclame 6 millions de centimes comme pension minimale à retraite. Découvrez-en plus, ce 06 octobre 2021.

En effet, l’Organisation syndicale des retraités algériens (OSRA) place ses espoirs entre les mains du gouvernement pour obtenir des pensions plus importantes que celles jusque-là attribuées aux retraités. En bref, le syndicat demande à ce que 6 millions de centimes soient la somme minimale fixée pour la pension de retraite en Algérie.

Ainsi, l’objectif est l’accomplissement d’alternatives réalistes pour parvenir à une véritable réforme du système de retraite. De ce fait, la même organisation a remis un rapport détaillé le 3 octobre dernier. C’était ors des travaux de son premier Conseil national depuis la naissance du syndicat, en présence des représentants de 26 wilayas.

Selon le communiqué de l’OSRA, il est indiqué que l’organe syndical a dressé une feuille de route comportant de grands axes, dont le plus important est de soulever des revendications fondamentales. Notamment, dénoncer la baisse du pouvoir d’achat des citoyens en général et des retraités en particulier.

Voici les revendications mis en avant par l’OSRA

À ce propos, les grandes lignes de ces revendications portent sur l’appel à une augmentation significative des retraites. Cela afin de suivre le rythme du pouvoir d’achat algérien. Donc, l’organisation a jugé nécessaire que l’allocation périodique minimale versée aux retraités soit au niveau du salaire minimum. Celui-ci ne devrait pas être inférieur à 60.000 DA. C’est-à-dire 2.000 DA par jour, soutiennent-ils.

Toujours d’après le communiqué repris par Echorouk, l’entité syndicale a par ailleurs dénoncé l’absence de recours à la justice pour récupérer les milliards perdus dans l’affaire de El Khalifa Bank. Cette dernière a entraîné un déficit dans le budget de la Caisse nationale des retraites (CNR), précise-t-on.

En se basant sur les demandes de ce syndicat, le secrétaire général de l’organisation, Ahmed Badaoui, a insisté pour reconsidérer les dates de versement des pensions prescrites du 15 au 23 mensuellement. « Ce sont des dates qui portent atteinte à la dignité du retraité ». C’est de cette façon que les syndicalistes décrivent la situation. 

Finalement, le responsable de l’organisation appuie sur une demande précise. Il s’agit d’abolir l’impôt sur le revenu global (IRG). Particulièrement, pour la catégorie des retraités les plus défavorisés. De surcroît, l’OSRA a insisté sur l’importance de trouver des solutions pour renouveler le budget. Par conséquent, la CNR est appelée à investir dans des banques sûres, également en s’appuyant sur le communiqué de l’OSRA.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes