Algérie : pas de vente de voitures sur les terres agricoles

Algérie – Il n’est pas possible d’attribuer un agrément aux importateurs de voitures qui comptent procéder à la vente sur des terres agricoles. C’est ce que souligne Ahmed Zeghdar, ministre de l’Industrie. Découvrez le reste des détails, ce 6 novembre 2021. 

Effectivement, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a affirmé que la raison du refus de la plupart des dossiers d’importation automobile est due à la non atteinte des principales conditions du cahier des charges par les candidats dont on a jusqu’ici étudier les demandes. En particulier, en ce qui concerne les matériaux liés aux installations nécessaires et l’emplacement de la salle d’expositions permettant la vente des ces voitures en Algérie.

En effet, il n’est pas possible d’attribuer un agrément pour l’exercice d’une activité sur des terres agricoles. Au fait, le ministre en question n’a pas manqué de souligner qu’on n’a attribué aucun agrément aux importateurs de voitures. Le responsable ajoute qu’on a rejeté la plupart des dossiers.

L’Ex-parlementaire, Ahmed Zeghdar, a expliqué lors de sa rencontre avec des députés de l’Assemblée populaire nationale (APN), que l’importation de voitures est une activité très rentable. Puis, il note que la rentabilité de cette activité a incité beaucoup d’investisseurs à déposer leurs dossiers. Et ce, afin d’accéder à ce domaine. Ce qui a entraîné un surplus de candidatures. 

Selon le ministre, aucune approbation n’a été attribuée jusqu’à présent 

En outre, il a appuyé que la Commission spécialisée effectue son travail en toute transparence. C’est sur quoi se base sa méthode de travail, assure la même source. Ce dernier consiste à étudier en profondeur les dossiers de ceux qui souhaitent importer les voitures

L’ancien président de la Commission des finances et du budget de l’APN, le ministre Ahmed Zeghdar, a souligné autre chose. Il a soutenu que son département rencontre de manière continue la Commission technique. Notons que jusqu’à présent, on n’a accordé nul agrément pour l’importation de véhicules automobiles en Algérie. C’est en raison de certaines réserves, réitère Zeghdar.    

En termes de chiffres, le ministre a confié que la Commission a tenu 31 réunions jusqu’à présent. Et elle a étudié 27 dossiers sur 66 qui ont été déposés. Le membre de l’Exécutif a avancé également que ladite instance a enregistré 7 dossiers dans lesquels elle a trouvé un certain nombre de lacunes provoquant ses réserves. Tandis que le reste des dossiers a été rejeté. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes