AccueilPolitiqueGéopolitiqueL'Algérie ouvre à nouveau ses frontières aux avions militaires français

L’Algérie ouvre à nouveau ses frontières aux avions militaires français

Géopolitique – L’Algérie déverouille ses frontières au profit des avions militaires français. Nous vous en informons davantage dans la suite de ce article du 19 février 2022.

En octobre 2021, les frontières aériennes de l’Algérie ont été verrouillées aux avions militaires français. Cela suite à l’apparition de plusieurs tensions entre les deux pays. Effectivement, cette décision est celle du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. En réponse aux propos du président français Emmanuel Macron tenus sur l’Algérie.

Au fait, le ciel algérien est autorisé à nouveau aux militaires français. En effet, le jeudi 17 février 2022, l’État-major des armées françaises a signalé que les autorités algériennes ont donné un accord formel à un avion militaire français pour franchir les frontières. Ainsi, il a réussi à survoler l’espace aérien de l’Algérie. Il s’agit bien d’une première depuis octobre dernier. Algérie Eco relate l’information. 

Dans ses révélations, l’État-major a expliqué que la demande de l’autorisation de survoler le territoire algérien est passée par l’ambassade de France. La même source ajoute : « Comme à chaque fois qu’un avion militaire survole un territoire étranger ». Puis, on affirme : « Les autorités algériennes nous avaient prévenus que c’était possible ». De ce fait, les avions militaires français pourront passer également lors de futures traversées.

Relations actuelles entre l’Algérie et la France

Selon la même source, le général de Corps d’Armée, Thierry Burkhard, a dévoilé qu’il a eu un entretien avec le chef de l’État-major algérien, Saïd Chanegriha, le jeudi 17 février 2022. De ce fait, il a fait état d’« échanges sur la situation sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne, en particulier sur la menace terroriste. Volonté commune de renforcer la coopération » entre les deux armées. 

Par ailleurs, le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué, lors de son entrevue avec les représentants de la presse, qu’« il y a un dégel dans les relations avec la France ». En sus, le président algérien a évoqué la nécessité d’un « accord » basé sur le respect mutuel entre les deux États. Ainsi, il s’est arrêté sur ce point en soutenant vouloir éviter d’« influencer le processus électoral en France ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes