Algérie : ouverture de l’exploitation des salles de cinéma au secteur privé

Algérie – La nouvelle ministre de la Culture et des Arts, a tenu une réunion avec les représentants du secteur cinématographique en Algérie concernant les salles de cinéma. Dzair Daily relate pour vous les détails de cette rencontre dans dans son édition d’aujourd’hui, 7 juin 2022.

La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a tenu une réunion avec les acteurs du secteur cinématographique en Algérie concernant l’exploitation des salles de cinéma. Étaient présents à cette réunion les représentants de l’administration centrale du ministère de la Culture et des Arts. Cette rencontre avait pour but de trouver une nouvelle stratégie.

L’objectif est de permettra au cinéma algérien de progresser et d’exceller au niveau national et international. C’est ce que rapporte Ennahar. Selon un communiqué du ministère de la Culture, au cours de cette séance, de nombreuses questions liées au septième art et à l’industrie cinématographique en Algérie ont été abordées.

Lors de son intervention, la ministre de la Culture a souligné l’importance d’impliquer des experts, des spécialistes et des personnes activant dans ce domaine. Cela pour unifier les visions avant de mettre en œuvre un nouveau plan. Soraya Mouloudji indique que ce secteur à sa part à apporter à l’édification d’une forte économie nationale.

À cet effet, la ministre a également donné un ensemble d’instructions. Parmi elles, on trouve celle relative à la préparation d’une étude technique. Elle porte sur la création d’un Centre national des archives cinématographiques. Puis, la responsable a effectué évoqué l’ouverture de la voie au privé pour exploiter les salles de cinéma. L’exploitation devrait se faire selon un cahier des charges bien défini. 

Soraya Mouloudji : le programme du ministère de la culture et des arts

La ministre s’exprime en disant se confirmer aux instructions du président de la République. Abdelmadjid Tebboune a eb effet affirmé que 2022 sera l’année du décollage économique en Algérie. La ministre rassure alors les acteurs du cinéma algérien que l’État ne renoncera pas à soutenir la production cinématographique.

« C’est l’un des maillons essentiels du développement du secteur culturel en Algérie ». Il s’agit des mêmes propos. Une fois ces mesures adoptées dans les prochaines semaines, la ministre a déclaré que des subventions seront accordées. Ces dernières iront dans un premier temps pour les projets précédemment approuvés.

En sus, de nouveaux projets seront étudiés ultérieurement. Soraya ajoute que l’élaboration d’un programme de soutien à la production cinématographique, sera soumis à l’approbation aux services du ministère des Finances. Une plateforme numérique vera également le jour dans le but d’acquérir des billets à distance.

On parle aussi de renforcer les accords de coopération et d’échange entre les institutions cinématographiques et leurs homologues des pays connaissant bien ce domaine. La ministre a conclu son travail en formulant de nombreuses recommandations ; dont celle d’offrir un climat d’investissement propice et stimulant. Ce qui hissera alors le cinéma algérien au niveau auquel chacun aspire.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes