AccueilPolitiqueGéopolitiqueL’Algérie critique l’ouverture du consulat de Côte d’Ivoire au Sahara occidental

L’Algérie critique l’ouverture du consulat de Côte d’Ivoire au Sahara occidental

Algérie – La diplomatie algérienne a vivement critiqué la décision diplomatique Ivoirienne, la qualifiant de « violation flagrante du droit international » et « transgression aux engagements liés à l’UA et à l’ONU ».

L’inauguration de la représentation consulaire de la République Ivoirienne dans la ville occupée de Laâyoune au Sahara Occidental, le 18 février dernier, n’a pas été du goût de l’Algérie, qui n’a pas tardé à exprimer son indignation face à cet acte, jugé comme une « violation flagrante du droit international », selon un communiqué du ministère des affaires étrangères, rapporté par l’Agence de presse officielle APS.

« Un tel acte provenant d’un membre fondateur de l’UA est une violation aux obligations découlant du contrat constitutif de l’UA et une transgression flagrante du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU concernant la question de décolonisation Sahraouie », peut-on lire dans le communiqué.

« Quoi qu’il en soit, la décision d’ouverture de représentations diplomatiques par certains pays africains, fondateurs de l’UA, n’est qu’un nouveau lien d’une longue série de manœuvres et de politique d’évasion, qui ne sauront perdurer face à la force de la loi et de la légalité internationale mais aussi la forte adhésion du peuple sahraoui à son droit naturel et légitime à l’autodétermination », a indiqué la même source.

L’Afrique divisée face à la question Saharaouie

Suite à l’inauguration des consulats de l’Union des Comores, le Gabon, ou encore la République Centrafricaine à Laâyoune, l’instauration de cette nouvelle représentation diplomatique fait de la Côte d’Ivoire le sixième État Africain à ouvrir un consulat général dans le territoire sahraoui.

Ces 6 pays qui ont répondu favorablement à l’appel du Maroc qui a demandé à ses alliés africains d’ouvrir des consulats au Sahara Occidental, ont été pointés du doigt lors de la première participation du président Algérien, Abdelmadjid Tebboune au 33ème sommet de l’Union Africaine en début février, où il avait rappelé la position historique de l’Algérie en faveur de la juste cause Sahraouie.

« Ces actes unilatéraux représentent également une atteinte grave au principe de la solidarité qui doit prévaloir entre les pays fondateurs de l’Union Africaine », a conclu le même communiqué.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici