Algérie : des offres d’emploi frauduleuses pour piéger les internautes

Algérie – Nouvelles techniques d’arnaques menacent les internautes via le partage de fausses offres d’emploi frauduleuses. Dzair Daily relate pour vous tous les détails à ce sujet, dans la suite de son édition du jeudi 16 juin 2022.

En effet, de plus en plus d’internautes deviennent la cible des hackers par le biais de fausses offres d’emploi en Algérie. Il s’agit en fait de cybercriminels qui induisent les utilisateurs en erreur. Et ce, en mettant en ligne des annonces de recrutement frauduleuses sur les réseau de communication, comme Facebook.

Effectivement, sur Internet, des hackers et cybercriminels se font passer pour des recruteurs, souvent à la recherche d’un profil précis. L’objectif principal de ces malfaiteurs est d’attirer un bon nombre de citoyens à la recherche active d’une activité professionnelle. En particulier, des jeunes étudiants ou diplômés à court d’argent.

Pour cela, les arnaqueurs se cachent derrière des promesses de travail pour collecter les données personnelles de leurs victimes. Ainsi, à s’emparer de leurs comptes. Cette arnaque gagne de l’ampleur en Algérie. D’autant plus que les utilisateurs d’Internet, en précarité objective, sont généralement ouverts au travail. Ce qui fait de ces derniers la cible considérés comme faciles de cette tentative d’escroquerie.

Fausses offres d’emploi : comment détecter l’arnaque ?

En effet, pour mieux comprendre la situation complexe que rencontre un bon nombre d’internautes, le quotidien arabophone, Ennahar, a mené une enquête. Ainsi, on a mis en lumière les techniques permettant de lutter, ou du moins détecter, les tentatives d’arnaque et de piratage. De ce fait, il est recommandé d’être vigilant pendant l’utilisation de plusieurs plateformes et annonces mises en ligne sur les réseaux sociaux.

Tout d’abord, il faut noter qu’une « vraie » entreprise utilise une adresse mail professionnelle. Celle-ci se présente sous la forme de « contact/info@nomdel’entreprise.com/dz », a souligné un expert en informatique, Anis Bentib. 

Ainsi, les pratiques illicites de ces malfaiteurs sont punies par la loi. Les auteurs de ce crime pourront écoper d’une peine allant jusqu’à cinq (5) ans d’emprisonnement ferme. Suivie d’une amende estimée à 100.000 dinars algériens.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes