AccueilÉconomieDigitalAlgérie : la numérisation introduite dans l'élevage du bétail pour la première...

Algérie : la numérisation introduite dans l’élevage du bétail pour la première fois

Digital – L’ère de la numérisation prend de plus en plus de place en Algérie et vient désormais profiter à l’élevage du bétail. Apprenez davantage de détails à ce sujet dans la suite de ce nouveau numéro du 5 novembre 2022.

Divers domaines demeurent dans la ligne de mire du gouvernement algérien pour parvenir à une transformation digitale réussie dans le pays. À présent, c’est au tour du secteur de l’agriculture de marquer un premier pas dans cette approche, cela, par une opération de numérisation inédite qui vient enrichir l’élevage du bétail en Algérie.

En effet, un investisseur a réussi à instaurer une technique qui fait son apparition pour la toute première fois sur le sol Dz. Celle-ci propose alors une méthode numérique pratique permettant de suivre la localisation géographique des bétails grâce à des puces électroniques placées au niveau de leurs oreilles.

Il s’agit là de ce que souligne le communiqué du ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR), repris par le quotidien arabophone Echorouk. À travers ce document, le département de Mohamed Abdelhafid Henni a indiqué le lancement de ladite opération dans une ferme située à Tiaret, en présence des représentants du groupe Algérienne des viandes rouges (Alviar).

Les avantages de la numérisation ajoutée à l’élevage du bétail

Dans ce sillage, la même source précise que ce nouveau programme mis en place assurera un meilleur suivi et une gestion optimale du bétail. D’une part, l’opération en question permettra d’enregistrer l’ensemble des informations relatives à l’animal dans une base de données spéciale.

En outre, grâce à la localisation géographique, le bétail n’aura plus besoin de bergers, puisque son emplacement sera déterminé électroniquement. De plus, la numérisation permettra de réaliser un inventaire quotidien complet de tout le bétail. Par ailleurs, il sied de noter que ce nouveau programme s’avère, en outre, un moyen pratique qui assure un suivi beaucoup plus simplifié de la santé animale.

À ce propos, l’investisseur mentionné plus haut a révélé au ministère de l’Agriculture que son projet ne requiert que quelques outils simples. Cela consiste en trois éléments seulement, explique-t-il. À savoir la puce électronique à placer dans l’oreille de l’animal, un ordinateur et enfin l’utilisation d’un appareil électronique portable qui est disponible dans les marchés nationaux, rapporte El Khabar.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes