Algérie : nouvelles mesures concernant la disponibilité des médicaments contre le coronavirus

Algérie – Le ministère de l’Industrie pharmaceutique s’exprime quant aux nouvelles mesures envisageables par rapport à la disponibilité des médicaments destinés à lutter contre les symptômes du coronavirus. On vous dévoile toute l’information dans l’article d’aujourd’hui 23 janvier 2022.

Les dernières semaines ont témoigné d’une situation délicate à l’échelle mondiale. Effectivement, le bilan issu de la crise sanitaire due à la Covid-19 a gagné en taille. Et ce, dans les quatre coins du monde. Notamment, sur le territoire algérien. Cela dit, l’extension de ce phénomène engendre un besoin parallèle,y compris en Algérie, relatif à la présence dans les officines des médicaments contre le coronavirus. 

En effet, il est question des divers traitements conçus pour parvenir à soigner les patients atteints du virus. De ce fait, une répercussion est attendue en contrepartie de la hausse enregistrée au niveau des cas testés positifs. On parle ici d’une demande excessive des anti-covid. C’est ce que rapporte La patrie news qui relaie encore plus de détails à cet égard.

Ainsi, la source révèle que le ministère de l’Industrie pharmaceutique a ordonné une réunion de l’observatoire de veille sur la disponibilité des produits pharmaceutiques. La rencontre a rassemblé les différentes parties intervenant dans le processus d’approvisionnement en médicaments soignant le coronavirus. De même, ladite réunion avait comme mission principale de remédier à toute éventuelle pénurie des traitements afférents.

Médication anti-Covid en Algérie : dispositifs ministériels de disponibilité 

En premier lieu, le ministère a mis à la disposition des participants une plateforme numérique. À travers laquelle, les parties doivent alerter l’autorité et lui signaler tout produit en demande excessive ou en rupture. Et même, le niveau des stocks en dessous du seuil de réserve pour les produits hospitaliers.

De surcroît, les procédures dictées consistent à réquisitionner les quantités disponibles chez les fournisseurs et à les placer sur le marché. En outre, le ministère a souligné l’obligation d’informer ses services compétents des états prévisionnels de fabrication, de livraison aux grossistes et de distribution aux pharmaciens d’officines. Tel est le cas aussi des déclarations des stocks et de livraison, indique la même source.

En marge de la réunion, un état des réserves prévisionnelles d’ici la fin février a été dressé. Ainsi, la production de paracétamol à la vente est estimée à 19 millions unités. Dont, 6 millions à dosage de 500 mg, tandis que le reste est à dosage de 1000 mg. D’autre part, 3,3 millions unités de Enoxaparine est prévue (tout dosage confondu). Et enfin, l’amoxyline et l’acide clavulanique avec une quantité de 1,3 millions unités ventes. Ajoute la source précitée.

Pour conclure, la réunion a ressorti une instruction directive. Ça concerne bien la consolidation des moyens et des efforts investis dans cette lutte contre la Covid-19. Cela dans l’ultime volonté de maintenir la disponibilité des traitements contre le coronavirus dans les pharmacies. Et parvenir, par conséquent, à couvrir les besoins nationaux.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes