14.9 C
Alger
14.9 C
Alger
lundi, 15 avril 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Noureddine Bedoui derrière les barreaux

Algérie : Noureddine Bedoui derrière les barreaux

Publié le

- Publicité -

Algérie – Suite à la décision prise par la chambre d’accusation de la cour d’Alger, l’ancien premier ministre Noureddine Bedoui a été placé sous mandat de dépôt. Dzair Daily vous apporte plus de détails à cet égard, dans les lignes qui suivent.

Jugé pour affaire de corruption qui remonte à son mandat de wali de la wilaya de Constantine en Algérie, Noureddine Bedoui a été placé en détention provisoire. Ainsi, si vous voulez en savoir plus, vous n’avez qu’à lire l’intégralité de cette nouvelle édition du 23 août 2022. Tout d’abord, on notera que le principal concerné a été placé sous contrôle judiciaire.

Et ce, en septembre dernier. Cependant, la chambre d’accusation près le tribunal d’Alger a décidé de l’incarcérer ce mardi dans la prison d’El Harrach. Comme on l’avait susmentionné, l’ancien responsable serait accusé de corruption commise durant la période où il était aux commandes de la wilaya de Constantine. 

- Publicité -

Dans le détail, Bedoui a été entendu dans une affaire de corruption relative à un événement culturel qui a eu lieu en 2016. Il s’agit en effet de la manifestation de Constantine, capitale de la culture arabe. D’ailleurs, l’ancien gouverneur de l’État, Hussein Wadeh serait accusé du même chef d’inculpation. En tout cas, il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

Bedoui aurait octroyé des terrains de façon illégale

À vrai dire, l’ancien ministre de l’Intérieur fait l’objet de plusieurs accusations. En effet, Bedoui serait impliqué dans une affaire de corruption concernant le projet de la réalisation de l’aéroport de Constantine. Dans le détail, il s’agit de travaux de rénovation. Toutefois, ce projet a été livré en 2013. Sachant que les travaux ont débuté à l’aube des années 2000. 

Par ailleurs, le successeur d’Ahmed Ouyahia aurait octroyé des terrains à caractère industriel à certains investisseurs fictifs. Et ce, de manière contraire à la loi et à la législation. Et ce n’est pas tout ! Ces investisseurs fictifs seraient départis des biens immobiliers en question de façon illégale. Notamment, en les détournant de leur destination par des moyens illégaux.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -