Algérie : Les voitures ne peuvent pas être accessible à tous, estime Ait Ali

Algérie – Des citoyens se plaignent du coût exorbitant des voitures neuves en Algérie, et le ministre de l’industrie Ait Ali se prononce à ce propos

Dans un passage médiatique, le ministre de l’industrie Ferhat Ait Ali Braham a apporté des éclaircissements concernant le coût des nouvelles voitures inabordable, importés en Algérie; pour la moyenne classe sociétale; a rapporté le média auto bip.

A ce titre le ministre Ferhat Ait Ali Braham, a indiqué que cette inaccessibilité des voitures est d’ordre « normal », vu l’actuelle conjoncture et contexte économique dont l’Algérie traverse; ainsi que les taxes de véhicules et douanières imposées. 

Cette dernière a induit à un total chambardement, causé principalement par la dépréciation de la monnaie algérienne, l’inflation, ainsi que le taux de chômage accentué par la crise sanitaire. A cela s’ajoute, l’absence d’exportation, et d’infrastructure productive pour booster le secteur automobile du pays. 

En outre, et hormis la régression enregistrée dans le secteur économique, le premier responsable du ministère de l’Industrie a remis en cause le salaire minimum du citoyen algérien; qui ne dépasse pas les 250 $. D’après lui, aucun individu ne pourra se permettre de s’octroyer un véhicule neuf, avec une pareille rémunération. 

Marché automobile algérien : Vers une conception 100% locale

Lors dudit passage, Mr Ait Ali a révélé son projet de conception automobile 100 % algérienne; afin d’éradiquer l’aspect importateur qui règne depuis des lustres au sein du marché automobile.

En outre, le ministre a annoncé une nouvelle qui paraît au premier abord, florissante pour ce secteur. Selon lui, certains investisseurs souhaitent se lancer dans l’esquisse automobile. Il a détaillé en indiquant que, jusqu’à présent deux demandes lui ont été adressées; de la part de grands constructeurs automobiles. 

Dans le même sillage, Ait Ali a même divulgué l’identité de ces derniers, « Il s’agit de deux (02) demandes officielles de la part de deux grands constructeurs automobiles; un occidental (européen) et un autre asiatique ». Toutefois, le ministre a rappelé que de telles offres ne pouvaient pas émaner de sa structure; car cette initiative ne relève pas de leur prérogative 

https://www.facebook.com/elbilad/videos/2759909920895725/

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes