AccueilGuide VoyagesAlgérie : montant en devise autorisé aux résidents et non résidents

Algérie : montant en devise autorisé aux résidents et non résidents

Algérie – On vous dévoile, dans ce nouveau numéro du dimanche 11 décembre 2022, le montant en devise autorisé que pourra transporter les résidents et les non-résidents.

Comme chaque voyageur dans le monde, le citoyen algérien peut transporter une somme d’argent en devise lors de ses voyages. Cependant, il y a un montant en devise précis autorisé que pourra prendre un voyageur depuis et vers l’Algérie. On vous le dévoile dans la suite de cet article.

Ainsi, il faut savoir qu’en termes d’importation ou d’exportation des sommes en devise, il faut se limiter au montant autorisé. Cela, afin d’éviter le risque d’être sanctionné. 

C’est pourquoi, chaque voyageur doit impérativement déclarer auprès de la douane la somme qu’il désire transporter à l’étranger. Pour ce qui est de l’argent que le concerné doit déclarer à l’entrée du territoire national, c’est à partir de 1.000 euros (ou leur équivalent dans d’autres devises) que cette formalité est obligatoire. 

Concernant la sortie du territoire national, le voyageur peut prendre avec lui des billets de banque étrangers ou les chèques de voyage. Sachant qu’on est ici face à deux cas de figure. Ainsi, on commencera par les résidents. 

Ceux-ci sont appelés à présenter un avis de débit bancaire pour les sommes inférieures ou égales à 7.500 euros (ou leur équivalent en d’autres devises). Si par contre, la somme dépasse 7.500 euros, ici le voyageur devra fournir une autorisation de la Banque d’Algérie. C’est là ce que rapporte le média Djalia Dz.

Qu’en est-il pour les personnes nos-résidentes ?

Ainsi, pour les étrangers, ils sont obligés de présenter un reçu bancaire. Celui-ci attestera « le change d’une partie ou de la totalité de la somme en devises (dépassant les 1.000 euros) ». Cela à condition que ladite somme « soit déclarée à l’entrée du territoire national ». Ce n’est pas tout ! 

Il faut savoir aussi que les voyageurs résidents sont les seuls autorisés à exporter et à importer des billets de banque algériens. Et cela, dans la limite du montant de 10.000 Da.

Tout acte qui ne respecte pas les règles susmentionnées est puni par la loi. En effet, la fausse déclaration ou le défaut représente une infraction. Celle-ci exposera, bien évidemment, le responsable à des poursuites pénales. 

Il peut, dans le détail, être question d’une peine d’emprisonnement allant de deux à sept ans. Ou encore d’une amende qui équivaut ou sera supérieure à la somme objet de l’infraction. Ce n’est pas tout ! Le responsable pourra aussi se voir confisquer les moyens qu’il a utilisés pour la fraude. C’est ce dont a fait état la même source déjà mentionnée. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes