AccueilÉconomieAlgérie : Les mesures anti-coronavirus coûtent un milliard de dollar

Algérie : Les mesures anti-coronavirus coûtent un milliard de dollar

Algérie – Le Ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane a déclaré, ce 29 avril 2021, que notre pays a dépensé plus d’un milliard de dollar dans la mise en place des mesures anti-coronavirus.

En effet, le premier responsable de la finance dans notre pays s’est exprimé récemment sur le budget dépensé dans l’application des mesures anti-coronavirus en Algérie. Cela à l’issue d’une visio-conférence entretenue, ce jeudi 29 avril 2021 avec Jihad Azour. Ce dernier est en fait le Directeur du Département du Moyen Orient et de l’Asie Centrale (MOAC) au FMI. 

En outre, lors de cette réunion virtuelle, plusieurs sujets relatifs à l’impact de la crise sanitaire sur l’économie nationale ont été mis sur la table. Parmi eux, les coûts des mesures sanitaires contre la Covid-19 dans notre pays. Le montant de ces dépenses risque par ailleurs d’en surprendre plus d’un.

Et pour cause, il est question d’un budget qui équivaut à 1.3 milliards de dollars, affirme Aymen Benabderrahmane. Et c’est justement le motif principal de la visio-conférence. Ainsi, et au vu de cet appel, le Ministre des Finances s’est permis d’aborder le sujet des « retombées économiques et des défis imposés par la COVID-19 ».

Et pour amortir un tant soit peu ces pertes financières colossales ; Benabderrahmane espère, de ce fait, compter sur le soutien du FMI. C’est en tout cas ce qu’a été mentionné sur le site du Ministère en question. De son côté, Jihad Azour a accepté de « poursuivre son accompagnement au processus de réformes engagé par notre pays ». Cela « à travers les actions d’assistance technique et de conseil », rapporte la même source. 

Ce que prévoit Aymen Benabderrahmane pour faire face à cette crise 

Ainsi, et selon les propos émis par le Ministre des Finances, l’Algérie aurait déboursé près de 1.3 milliards de dollars dans les mesures anti-coronavirus. C’est pour cela que le responsable prévoit, dans les mois à venir, de rénover la politique budgétaire du pays.

Celle-ci serait dorénavant basée sur « la rationalisation de la dépense publique », précise le même intervenant. Ça contribuera par la même occasion à avoir une meilleure maîtrise des risques budgétaires. C’est également ce que rapporte la source susmentionnée.

Dans un tout autre registre, le ministre a indiqué que des mesures entreront très prochainement en vigueur dans l’optique de dynamiser le marché des capitaux. Cela en plus d’améliorer la gouvernance des banques publiques. C’est ce dont nous informe la source sus-citée. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes