Algérie – Maroc : les États-Unis (USA) commentent la rupture des relations diplomatiques

Algérie – Maroc : Après l’annonce du ministre des Affaires étrangères concernant la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, les États-Unis (USA) se prononcent à cet égard.

En effet, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a annoncé hier lors d’une conférence de presse la rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc, une décision qui a fait réagir, en premier, les États-Unis (USA). C’est ce qu’a rapporté DZ News, ce mercredi 25 août 2021.

Dans le détail, un responsable au sein du département d’État des États-Unis, s’est prononcé. Il a commenté cette annonce, ce mardi 24 août 2021. Au fait, il a abordé une amélioration souhaitée des relations. Celles qui existent entre les deux pays voisins. Telle avancée espérée aiderait à combattre les défis régionaux. Et ce, d’une meilleure façon. C’est ce que notent les USA. 

En sus, le même locuteur qui a tenu à garder l’anonymat, s’est exprimé davantage. Il a, au fait, indiqué au site internet de la chaîne Al-Hurra, que l’administration de Joe Biden a été informée des derniers rapports. Ceux concernant l’interruption des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc.

De ce fait, il a tenu à préciser que le gouvernement américain est certain que de meilleures relations entre ces deux États seraient plus avantageuses. D’autant plus que ça les aiderait à faire face aux problèmes régionaux. Il a abordé, entre autres, le terrorisme, l’immigration clandestine, le trafic de drogue et l’intégration commerciale.

Algérie – Maroc : les conditions pour un éventuel dénouement, selon Lamamra

Pour rappel, le chef de la diplomatie algérienne a animé hier une conférence de presse. Celle-ci s’est déroulée au centre international des conférences (CIC). À l’issue de cette rencontre, le locuteur a révélé que l’État algérien a décidé de rompre toute relation diplomatique avec le Maroc.

Au fait, Lamamra a tenu à préciser que le gouvernement a finalement pris cette décision. Et ce, après de multiples tentatives et essais de réconciliation. Par conséquent, il a indiqué que l’Algérie a été forcée « après avoir longtemps attendu que la raison prévale. Et ainsi, recourir à des règles et à des normes internationales bien connues et établies ».

Cela dit, d’après le communiqué du ministère des Affaires étrangères. Celui rendu public, à la suite de cette rencontre avec la presse, il en ressort que les conditions qui peuvent conduire au dénouement de cette relation sont celles citées ci-dessus.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes