Algérie : Les mariages en hausse en raison de la baisse des coûts des fêtes

Algérie – Différentes mairies du pays ont connu une hausse impressionnante des mariages pendant cette année de pandémie. Voici les raisons énumérées par des spécialistes. 

Il est évident que l’année très particulière de 2020 n’a pas été de tout repos pour la plupart des personnes. Toutefois nombreux sont ceux qui ont su tirer parti de cette crise sanitaire. En effet, le compteur des mariages en Algérie s’est vu croitre d’une manière très impressionnante pendant l’année courante.

Les mesures sanitaires imposées par le gouvernement ont donc encouragé plusieurs citoyens à franchir le cap du mariage. Ceci s’explique par la nécessité de restreindre la liste des invités pour des raisons de sécurité évidentes. Ce qui a eu un impact considérable sur les coûts de la célébration. De nombreux citoyens se sont mariés avec le minimum pendant cette période très particulière.

Moins de gens résonne avec moins de dépenses et moins de travail. Les plus hésitants ont donc vu en cela une « opportunité » en or. Le maire de la Casabah est revenu sur ce constat. Il a notamment évoqué le nombre d’actes de mariage enregistrés pendant toute l’année de la pandémie du Corona.

Ainsi, le maire a confié dans ce sens que pas moins de 189 actes de mariage ont été enregistrés pendant la pandémie. Et ce, sachant que les autorités ont pris la décision de suspendre tous les mariages pendant deux (02) mois au cours de la période susmentionnée. Des statistiques qui n’étaient nullement attendues, pensant que ce virus dissuaderait plus d’un à se marier, explique le maire. C’est ce dont fait état le quotidien arabophone Echorouk.

Les raisons plus profondes de cet engouement des Algériens au mariage

Ainsi, beaucoup de célibataires ont profité de cette « opportunité » pour accomplir la moitié de leur religion. De ce fait, les mariages se sont vu accroitre en Algérie. Outre le côté financier, il y a une autre raison psychologique plus profonde explique la spécialiste, Nadjet Djeradi, et le confinement y est pour beaucoup.

Effectivement, cet isolement a résonné dans la tête de plusieurs esprits. Il a notamment permis à beaucoup de personnes de prendre conscience des choses les plus importantes de la vie. Ça a fait cogiter plusieurs citoyens sur la valeur du mariage, de fonder une famille et surtout la peur de la solitude, rapporte le quotidien arabophone.

Ce que pense la psychologue et directrice du Centre de Recherche d’Édition et d’Applications Psychologiques

En outre, la psychologue et directrice du Centre de Recherche d’Édition et d’Applications Psychologiques Samira Fekrache s’est également exprimé à cet effet. Elle a notamment proféré que l’explication psychologique de cette volonté subite des célibataires à fonder une famille pendant cette période difficile est due à un sentiment involontaire de la continuité de la vie.

Les non mariés ont pris peur des nombreuses pertes de leurs proches cette même année. Cela les a donc encouragé à fonder leur propre famille car si y a bien une leçon que leur a apprise cette crise sanitaire c’est que la vie est trop courte et peut être très imprévisible. Même le taux de natalité, selon les dernières statistiques, a augmenté pendant la pandémie

Les plus rétractifs à se marier ont alors changer d’avis. Ils ont pris la décision pendant cette période de pandémie de se marier et d’avoir des enfants. Ça  serait une continuité de leur lignée, la façon idéale selon leur vision pour continuer leur vie, et ça serait par la même occasion une manière de donner un nouveau souffle à leur vie sociale détruite par le Corona. C’est en tout cas ce que rapporte la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes