Immobilier

Algérie : Le marché de l’immobilier stagne à cause du Coronavirus

0
LPP Algérie logements
Résidence Gaya-Bessa Promotion, Ouled Fayet
S'abonner :

Algérie – Tous les opérateurs exerçant dans le secteur de l’immobilier sont victimes d’une stagnation causée par les répercussions négatives engendrées par la dissémination du Coronavirus. 

Alors que la fameuse contagion du COVID-19 progresse dans le pays depuis cinq mois; plusieurs secteurs économiques ont vu leurs activités réduites à la baisse. De son côté, le marché de l’immobilier en Algérie n’a pas été épargné par l’impact de la pandémie du Coronavirus. Ce dernier enregistre en effet une récession sans précédent; mettant ainsi les acteurs du domaine dans une impasse financière critique. 

Cependant, depuis le début mars 2020; la demande d’achat et de location immobilière a nettement diminué. Ce qui inquiète les sociétés de promotion immobilière; qui ont enregistré un fort recul dans la demande d’appartements haut de gamme; selon ce qu’a rapporté le média algérien El Bilad; dans son édition de ce 12 juillet. D’autre part, la crise du secteur de l’immobilier a contribué à la contraction de l’activité notariale.

Selon les témoignages de plusieurs notaires cités par notre source; leur activité a enregistré une baisse de près de 70%. Ces derniers ont expliqué que le recul de l’activité a été enregistré au niveau des accords de notariat liées à l’immobilier; ainsi que ceux concernant la création d’entreprises; les hypothèques et les contrats de transfert de biens immobiliers et de magasins commerciaux; notamment l’achat, la vente et la location; a souligné le même média.

Vers la numérisation des secteurs relatifs à l’activité notariale ?

Pour sa part, le maître Reda Benouennane; membre de la Chambre Nationale des Notaires d’Algérie; a révélé à notre source que la baisse de l’activité des notaires; est une forte indication de la récession du marché immobilier; causée par la pandémie. En outre, il a précisé que l’activité de nombreux bureaux de notariat est presque gelée. Toutefois, selon ses dires, cette situation ne concerne pas seulement l’Algérie; mais inclut également la majorité des pays du monde. 

Ce qui indique que ladite profession est liée à la réalité économique de tout pays; a-t-il regretté; reconnaissant que la pandémie du Coronavirus a causé d’importantes pertes financières aux notaires. Ces derniers se sont retrouvés contraints de payer les frais de location de leurs bureaux; assurant également les salaires de leurs employés. Selon lui, cette pandémie est l’occasion d’accélérer l’adoption et la généralisation des contrats de notariats sous format électronique. 

Cela nécessite en parallèle la numérisation des services traitant avec les notaires; notamment les départements délivrant les agréments d’agents et promoteurs immobiliers; ainsi que l’inspection des enregistrements; le recouvrement des impôts et le registre du cadastre dressant l’état de la propriété foncière d’un territoire. De part ceci, l’intervenant a soutenu la politique adoptée par la Présidence de la République; portant sur le passage à une gestion moderne pour combler la lésion numérique que connaît l’Algérie; visant à améliorer le climat des affaires et à attirer les investissements directs.

Article recommandé :  Algérie : Morts, contaminés, guéris.. Bilan du Coronavirus au 08 juillet

Algérie : Quel avenir pour les voitures de moins de trois (3) ans ?

Article précédent

Algérie : Morts, contaminés, guéris.. Bilan du Coronavirus au 13 juillet

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.