23.9 C
Alger
23.9 C
Alger
mercredi, 19 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : Marché de l’automobile, importation de voitures.. Ait Ali précise

Algérie : Marché de l’automobile, importation de voitures.. Ait Ali précise

Publié le

- Publicité -

Algérie Le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, s’est exprimé ce lundi, 28 décembre, sur le sujet qui suscite des débats plutôt animés, et cela concerne le marché de l’automobile et l’importation de voitures. 

En effet, le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, a été convié à se prononcer aujourd’hui sur les ondes de la Radio nationale Chaîne 1. Ce dernier a donc profité de son passage pour s’exprimer sur un sujet qui a fait l’objet de plusieurs suscitations de la part des membres de l’APN et l’ensemble des citoyens. L’intervenant a donc donné plus de détails quant au marché de l’automobile et l’importation en Algérie de voitures neuves et d’occasion. Le quotidien arabophone Ennahar a repris les propos du responsable. 

Le ministre a ainsi fait savoir que son département a reçu plusieurs demandes de construction de véhicules et de concessionnaires de voitures neuves. Le nombre de dépositaires dans le domaine de l’importation de véhicules a nettement dépassé les 180. C’est en tout cas ce qu’a déclaré le responsable. Puis, il a démenti l’existence d’opérateurs dans l’importation de voitures multimarques.

- Publicité -

Il a donc indiqué que la présence de concessionnaires multimarques ne coïncide pas avec les cadres juridiques. Autrement dit, elle n’est pas conforme au cahier des charges approuvé. Dans le même contexte, le ministre de l’Industrie a rappelé que son secteur a adapté une série de nouvelles mesures. Et ce, dans l’optique de relancer l’industrie automobile  en Algérie. 

Ferhat Aït Ali priorise l’industrie automobile pour activer le marché 

En outre, Ferhat Aït Ali a fait savoir que son département effectuerait la réactivation de la construction automobile sur des bases plus réalistes et plus solides. Il a révélé, dans ce sillage, que des discussions en l’Algérie et en Allemagne ont eu lieu. Et ce, dans l’optique de démarrer une véritable fabrication et commercialisation de véhicules dans le pays. Des négociations sont alors en cours avec des opérateurs allemands. 

Tout en soulignant la nécessité de donner la priorité à l’industrie automobile, l’invité de la radio a assuré d’une chose. Il a en effet déclaré que le commerce national avait accumulé 20 ans sans investissement. Mais pas seulement, puisqu’il a expliqué, dans ce sens, que l’ancien système avait dépensé des centaines de milliards de dollars. Et ce, pour des investissements illégaux dans l’industrie automobile.      

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -