AccueilÉconomieAlgérie : la liste des produits interdits à l’importation rallongée

Algérie : la liste des produits interdits à l’importation rallongée

Algérie – D’autres produits s’ajoutent à la liste interdite à l’importation. Découvrez les nouveaux aliments concernés, ce 08 septembre 2021. 

En effet, la loi de finances 2021 vise à économiser 28 milliards et 210 millions de dollars en importations. Ainsi, l’objectif est de réduire la facture, car cela touche en premier lieu les réserves de change. De ce fait, le ministre des Finances a précédemment annoncé une liste des produits interdits à l’importation en Algérie. Toutefois, d’autres noms s’ajoutent à celle-ci aujourd’hui. 

Par conséquent, une nouvelle suspension a été annoncée ce 1er septembre. Celle-ci relève de plusieurs produits d’origine animale. Ici, on se base sur la note de la Direction des services vétérinaires du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Effectivement, on indique qu’elle s’applique aux opérateurs économiques, importateurs d’animaux, ainsi que les produits animaliers ou de cet origine.

Dans le détail, cet arrêt d’importation concerne le thon et produits issus de la mer en conserve. En outre, on inclut la charcuterie, à l’instar de la mortadelle de poulet, pâté de volaille, et corned beef. C’est en tout cas selon ce que rapporte Algérie Eco.

Pour ce qui est à base de produits laitiers, la suspension de l’importation implique les yaourts, crèmes glacées et crèmes desserts. Mais aussi, d’autre part, la liste se rallonge avec le jaune d’œuf liquide, laine et poils de chameau. Ou encore, les appâts vivants dédiés à la pêche. En revanche, ce qui a été embarqué ou est arrivé au poste frontalier avant le 1er septembre sera admis sur examen de dossier, précise-t-on.

Rappel des raisons liées à cette suspension 

Dans un premier temps, la décision d’instaurer une liste interdite à l’importation a pour but de protéger les produits nationaux. Car plusieurs entreprises publiques se plaignent de la présence de produits importés, puisqu’ils constituent une concurrence déloyale. C’est d’après ce que rédige Echorouk.

De ce fait, la liste comprend des produits dont l’Algérie peut s’en passer. Du fait que notre pays en produit suffisamment. Au même titre que des produits non essentiels. Donc, la suspension de l’importation desdits articles, ne perturberait pas le marché algérien, ajoute-t-on. Le but, finalement, est de préserver nos réserves de change en tentant d’évincer le déficit de la balance commerciale

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes