AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Kamel Daoud répond aux critiques sur son analyse du Hirak

Algérie : Kamel Daoud répond aux critiques sur son analyse du Hirak

Algérie – Vivement critiqué pour son article paru dans Le Point, où il évoquait un « échec provisoire » du Hirak, Kamel Daoud a décidé de répondre à ses détracteurs.

En effet, le journaliste et écrivain Kamel Daoud, avait été au centre d’une polémique suite à la parution de son article le 12 janvier dernier dans l’hebdomadaire français Le Point; dans lequel il avait expliqué que le Hirak, mouvement de contestation populaire algérien, s’est soldé par un « échec provisoire ».

Critiqué de tous bords suscitant une avalanche de réactions, Kamel Daoud a décidé de sortir de son silence, afin de répondre à ses détracteurs dans un nouveau pamphlet publié ce 28 janvier.

Ainsi, l’auteur algérien estime que « le Hirak est, selon lui, en échec provisoire, du moins au regard de ses grandes ambitions du début » pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Kamel Daoud dénonce « l’algérocentrisme » de la majeure partie des élites algériennes, en leur rappelant que la capitale « Alger, n’est pas l’Algérie » et qu’elle n’est aucunement représentative des opinions des algériens dans leur ensemble.

Il poursuit, en estimant que « la coupure avec la ruralité algérienne », l’Algérie profonde en l’occurrence est une erreur et un « mépris détestable », appelant à cet égard, l’intelligentsia algéroise à aller « dans les villages, frapper aux portes, partager des cafés et expliquer le possible avenir ».

Par ailleurs, le journaliste du Quotidien d’Oran pointe du doigt « l’impasse de la folklorisation » du Hirak et le « dégagisme radical quasi anarchiste et sans alternative » dans lequel est tombé le mouvement populaire pacifique, qui refuse toute représentation et organisation politique.

Kamel Daoud, seul contre tous ?

« Je peux avoir raison, je peux me tromper. C’est mon droit. », se défend d’emblée l’écrivain algérien qui dénonce les réactions, venues de part et d’autre, qu’il qualifie « d’éditocratie d’Alger qui ne tolère pas la perte du monopole sur l’analyse du fait national » et « de condescendance des journalistes apparatchiks habitués à l’autocongratulation mutuelle ».

L’auteur de «Meursault : Contre-enquête » révèle par ailleurs les attaques, plus ou moins violents dont il a été victime depuis la publication de son article sur Le Point. Il évoque par exemple « le flot de violence et d’insultes inouïs, allant de la diffamation à des procès en traîtrise » portées par ce qu’il nomme comme la « nouvelle fachosphère » algérienne; mais également « la malhonnêteté intellectuelle » ou encore « le procès en droit de parole au nom de l’autochtonie », [puisque je n’habite pas en Algérie, ce qui est faux rappelle-t-il, je n’ai pas droit à la parole.]

« Ce qui m’inquiète », poursuit le journaliste « c’est la naissance d’un nouveau parti unique. » qui fait part de ses craintes. « Si aujourd’hui, même ceux qui affirment se battre pour la liberté et la démocratie agissent dans le déni ou la suffisance, la violence ou le refus du débat, où est le salut pour notre pays ? ».

« Atteinte au moral du Hirak ? »

Kamel Daoud évoque par ailleurs une anecdote qui montre l’ampleur de la dictature intellectuelle qui s’installe dans les débats algériens. « Un ami m’a dit qu’il partageait mon opinion, mais qu’il n’oserait jamais l’écrire. Une terreur éditoriale est-elle déjà en place ? », s’interroge l’écrivain.

« En somme, on m’accuse d’avoir porté atteinte au moral des hirakistes avec une… chronique. »; ironise-t-il. « Ce pays m’appartient et appartient à mes enfants. J’y ai arraché le droit d’écrire et de penser malgré les tristes dictatures. »; ajoute-t-il.

« L’Algérie a besoin de liberté. […] La véritable fin du Hirak n’est pas dans ce que peut écrire un écrivain, ou pas. Elle est dans l’insulte qu’on lui oppose, elle est dans l’interdiction d’écrire qu’on lui impose. »; conclut Kamel Daoud.

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=874235539696475&id=439132866540080

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici