16.9 C
Alger
16.9 C
Alger
lundi, 17 juin 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Célébration du printemps berbère sous le confinement

Algérie : Célébration du printemps berbère sous le confinement

Publié le

- Publicité -

Algérie – Le confinement imposé par la lutte contre la propagation du Coronavirus dans notre pays, rend impossible le maintien sur le terrain de la traditionnelle célébration du 20 avril en Kabylie. Néanmoins, les internautes prennent le relais.

La célébration du double-anniversaire printemps noir 2001/printemps berbère 1980; qui marque le vingtième jour du mois d’avril de chaque année; se verra cette cette fois-ci remplacées par les opérations de sensibilisation de la population contre les méfaits de la pandémie; soulignent des militants du MCB vus par le quotidien national El Watan. «Nous aurons, tous, une pensée pour ces 127 jeunes tués durant les événements sanglants qui ont endeuillé la région »; précisent-t-ils par ailleurs.

Les marches tenues annuellement dans les grands axes urbains de Kabylie, et qui mobilisent des milliers de manifestants qui sortent s’inscrire dans la même logique de combat du 20 avril 1980; qui jadis se battait contre le déni identitaire, et est aujourd’hui concentrée plutôt sur l’exigence d’une promotion réelle et effective de la langue Tamazight; sont annulées pour cause de confinement.

- Publicité -

Les activités festives, mais aussi historiques et commémoratives, et qui sont rentrées dans la tradition populaire de la région; du légendaire Si Moh Oumhand et de l’envoûtante Taousse Amrouche, ne pourront pas non plus cette année-là constituer comme à l’accoutumée un point de rencontre physique consacré à l’échange et au débat; ainsi qu’à la revivification de la Mémoire collective liée à ces deux phases de la lutte identitaire en Algérie; et à l’hommage transgénérationnel rendu aux différents acteurs de ces dates grandioses.

Un militant qui se dit habitué à se recueillir le 18 avril de chaque année sur la tombe de Massinissa Guermah; dont l’assassinat à l’intérieur de la brigade de gendarmerie de Beni Douala à Tizi-Ouzou; a allumé la mèche aux événements d’une violence inouïe survenus en Kabylie, et tristement connus sous le nom de Printemps noir; affirme à El Watan qu’en ce 2020 et « pour éviter la contamination d’autres personnes au Covid-19; il est préférable de rester à la maison et rendre hommage à ces victimes».

Dans le monde virtuel, la mobilisation redouble

Des posts de « vidéos et de photos ayant trait à l’occasion » se multiplient « sur les réseaux sociaux, ces jours-ci »; soulève l’organe de presse écrite avant de détailler que « des conférences à distance; avec d’anciens animateurs du MCB »; sont au menu des espaces gérés par différents utilisateurs et activistes des plateformes virtuelles. Les initiatives de ce type fleurissent alors sur le net, et aucune liste de celles-ci ne saurait être exhaustive   

- Publicité -

« Commémorons cette date importante tout en restant chez nous »; exhortent par exemple les administrateurs de la page Facebook « Carré : commémoration du 20 avril 2020 »; qui recommandent aux amazighs du monde entier « d’allumer une bougie » et la mettre « au bord d’une fenêtre ou d’un balcon »; tout en filmant la scène et d’envoyer par la suite l’enregistrement « aux administrateurs »; qui partageront les « vidéos reçues » sur leur page; rapporte le journal francophone.

La même source fait notamment état d’émissions dédiées à l’événement et qui sont diffusées sur les antennes de diverses chaînes de télévision et plusieurs stations de radio. Les programmes audiovisuels et radiophoniques en question s’engagent à contribuer à l’animation du paysages médiatique en rapport avec cette date phare. Certains internautes voient cela d’un bon œil; pendant que d’autres accusent quelques uns parmi ces médias de tenter de « folkloriser » les symboles du combat identitaire en Algérie.  

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -