Algérie : une jeune femme sert d’hameçon aux criminels avant qu’elle en devienne la proie

Société – Un fait divers unique dans les chroniques de la criminologie ! Retour sur l’histoire de la jeune femme résidant dans la wilaya d’El Tarf, au nord-est de l’Algérie, qui a joué un rôle d’intermédiaire entre un groupe de criminels et leur victime. Ça se passe dans les lignes qui suivent. 

En 2016, un assassinat commis dans des conditions dramatiques et crapuleuses avait frappé l’extrême nord-est. Un crime de sang qui provoqua, sur le coup, un vent de panique et de profondes ondes de choc à travers le territoire algérien, au-delà de la région concernée. C’est en cela que l’histoire de la jeune femme ayant servi d’hameçon à des criminels reste l’une des affaires délictueuses qui ont marqué la décennie 2010 en Algérie. 

L’émission « Tahari Al Jarima », diffusée sur la chaîne de télévision privée El Bilad TV, a récemment tenté de la retracer. Cela en accordant une large place aux reconstitutions. Nous les reprenons pour vous, jusque dans les moindres détails, dans la suite de notre édition du mercredi 14 septembre 2022.

Il y a un peu plus de six (6) ans, au niveau de Bouteldja, commune de la ville d’El Tarf, un quarantenaire prénommé Mohamed fut assassiné. Il a été arraché injustement à la vie alors qu’il était au volant de sa voiture pour regagner son domicile.

Après de profondes investigations policières, les auteurs ont formellement été identifiés. Ceux impliqués dans l’affaire des coups et blessures volontaires à l’arme blanche, ayant entraîné la mort de Mohamed. Il s’agissait alors d’un groupe d’amis composé de trois jeunes hommes que la victime connaissait très bien. 

Une issue tragique pour un homme qui n’aspirait qu’à venir en aide à une jeune étudiante en détresse ! 

C’est dans une forêt qu’un passant avait découvert le corps sans vie de Mohamed. Plusieurs semaines plus tard, les enquêteurs des services de police de la wilaya d’El Tarf avaient procédé à l’arrestation de trois individus. Dénommés Racim, Skander et Zoubir, les meurtriers étaient en fait des voisins de la victime. Tous avaient alors affirmé s’être dévoués pour se venger de cette dernière. 

Le sens de la défense insensé des auteurs du crime était que le défunt « leur parlait mal depuis qu’il avait découvert que tous trois usaient du quartier comme point de vente de drogues  ». Selon les informations du média précité, ces derniers avaient avoué avoir piégé leur voisin. Cela par le biais de leur amie, Maissa. Ils avaient ainsi promis à celle-ci une somme d’argent en échange d’une mission. 

Ignorant les motifs de la tâche qu’on lui avait confiée, cette jeune universitaire avait commis l’irréparable. Elle avait accepté de se faire passer pour une auto-stoppeuse en situation d’urgence afin de conduire la cible au trio. Réputé très généreux, Mohamed avait cédé à sa demande, sans savoir que ce serait un prélude à sa mort tragique

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes