AccueilSociété et CultureAlgérie : le Japon s'incline devant le génie de ce chercheur de...

Algérie : le Japon s’incline devant le génie de ce chercheur de l’université d’Oran

Algérie – Un professeur chercheur de l’université d’Oran (USTO) se voit décerné un titre par le Japon. On vous dit tout, ce 06 décembre 2021.

Annoncé depuis le 07 novembre 2021, le Japon a décerné l’Ordre du Soleil levant, Rayons d’Or en sautoir, au chercheur Nasreddine Berrached qui exerce à l’université des Sciences et de la technologie d’Oran (USTO) en Algérie. De ce fait, la cérémonie de remise a été organisée hier pour décorer le génie algérien de cette haute distinction, relate l’APS.

Dans le détail, le Pr Berrached a été récompensé par l’Empereur du Japon pour ses efforts. Ainsi, le mérite lui revient pour avoir œuvré à consolider les relations entre l’Algérie et le Japon. Cela, depuis les années 1970. Plus précisément, dans le cadre d’échanges scientifiques et de compréhension mutuelle entre les deux pays. En somme, on fait référence au domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

C’était donc hier que la cérémonie de remise a eu lieu à l’auditorium de l’USTO. Cette dernière était en présence de l’ambassadeur du Japon en Algérie, Kono Akira, qui s’est dit honoré. Notamment, en donnant place à la cérémonie dans un lieu conçu par l’architecte japonais, Tange Kenzo. Ce qui témoigne de l’amitié et de la coopération entre nos deux Etats, a-t-il déclaré.

Voici le portrait du Pr Nasreddine Berrached

Après avoir obtenu son diplôme, en 1978, en génie électronique à l’Université de l’USTO,  Nasreddine Berrached s’oriente vers un autre continent. Une année après, il s’envole pour l’Université des sciences et de technologie de Lille en France. Là où il décide de poursuivre ses études. 

Ensuite, il décroche son diplôme de docteur ingénieur en électronique en 1982. D’ailleurs, sa quête du savoir le pousse à aller plus loin. Encore un nouveau continent, cette fois-ci c’est en Asie. Berrached obtient alors son titre de Docteur d’Ingénierie électronique au Japon en 1992. Plus exactement, à l’Institut de technologie de Tokyo. Finalement, il obtient son doctorat d’Etat en électronique à l’USTO en 1994.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes