Algérie : l’industrie pharmaceutique locale couvre 70 % des besoins nationaux

Algérie – Sur le marché national, l’industrie pharmaceutique locale couvre une bonne partie des besoins. Nous vous en dévoilerons davantage d’informations à propos de ce sujet, dans la suite de ce passage. Apprenez tout, ce lundi 5 septembre 2022.

Au fait, le ministre de l’Industrie pharmaceutique en Algérie, Lotfi Benbahmed en l’occurrence, s’est exprimé au sujet de la production locale. D’après cet homme politique algérien, l’industrie pharmaceutique nationale arrive à couvrir plus de 70 % des besoins du marché national. 

En effet, invité sur les ondes de la radio chaîne 3, le premier responsable du secteur pharmaceutique en Algérie a affirmé, ce lundi, que l’industrie locale est arrivée à relever tous les défis. Et ce, en atteignant tous les objectifs préalablement fixés. C’est du moins ce qu’a rapporté le quotidien arabophone généraliste Echorouk dans son édition d’aujourd’hui.

Dans le détail, l’intervenant a fait savoir, lors de son passage, que 87 % des produits distribués aux pharmacies sont produits localement. Avouant, par ailleurs, que seulement quelques produits ont été importés de l’étranger. Soit, cinquante (50) médicaments ont été introduits. Et ce, en vue de compléter la production nationale. 

Algérie : du nouveau au sujet de la fabrication des médicaments anticancéreux 

Lors de son discours, le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, s’est prononcé au sujet des médicaments contre le cancer. L’ancien président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens a, en effet, déclaré que cinq (5) unités de fabrication des médicaments anticancéreux ont vu le jour.

Le locuteur a indiqué aussi le lancement d’une unité spécialisée dans la production de l’insuline. Et ce, dans le but de répondre favorablement aux besoins du marché national. Sans pour autant se diriger vers l’importation de cette hormone protéique essentielle aux patients diabétiques. 

Dans ce contexte, l’interviewé a révélé que « la production nationale a connu une augmentation estimée à un milliard d’euros ». Ajoutant que l’industrie pharmaceutique locale a ainsi « permis de réduire la facture des importations de plus de 800 millions d’euros ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes