AccueilScoop et PeopleAlgérie : l’incroyable histoire de Djamel Benlamri qui rêvait d’être agent de...

Algérie : l’incroyable histoire de Djamel Benlamri qui rêvait d’être agent de sécurité dans le métro

Foot – La clé de voûte de la défense de l’équipe d’Algérie, Djamel Benlamri en l’occurrence, a livré des révélations émouvantes sur son passé trouble auquel il s’était longtemps heurté avant d’atteindre la gloire. Nous les relayons pour vous dans les paragraphes qui suivent.  

C’est connu de tous depuis longtemps : le football est une discipline sportive pour les pauvres. Des bidonvilles d’Amérique latine jusqu’aux quartiers défavorisés d’Afrique, nombreux sont les enfants qui s’endorment le ventre vide, mais le cœur plein de joie d’avoir pu jouer au ballon rond, ne serait-ce qu’en l’espace d’un instant. Un sentiment qui semble familier au roc défensif de l’équipe d’Algérie : Djamel Benlamri. 

Celui qui vient de remporter la Coupe arabe de la Fifa 2021 avec la sélection algérienne A’ n’a pas eu une enfance des plus faciles. Comme la plupart des footballeurs connus, ses parents ne roulaient pas sur l’or. Idéalement, il a dû penser à tracer la voie très tôt dans sa jeunesse pour pouvoir subvenir à ses besoins quotidiens. Djamel Benlamri, défenseur de l’équipe d’Algérie, a alors trouvé une belle échappatoire à une vie peu aisée qui l’épiait. 

Il s’agit du football qui n’était donc pas seulement un sport ou une passion à ses yeux, mais surtout une sorte d’objectif vital. En dépit de son talent et de sa détermination, le sociétaire du Qatar SC a énormément souffert de la marginalisation et de l’exclusion au début de sa carrière. Harassé, il avait ainsi pensé à prendre une décision radicale qui aurait pu entacher sa carrière de footballeur. 

Équipe d’Algérie de football : la terrible confession de Djamel Benlamri 

Ce dimanche soir, Djamel Benlamri s’est confié, en toute transparence, à la presse algérienne, qui était à l’accueil de l’équipe d’Algérie des joueurs locaux à son arrivée du Qatar. Le média spécialisé Fennec Football relate l’ensemble de ses confidences dans son édition du lundi 20 décembre 2021. Le défenseur de 31 ans a, dans un premier temps, revendiqué sa reconnaissance et son amour pour Dieu. 

Il s’est dit béni car il aurait pu ne jamais brandir la Coupe arabe de la Fifa 2021 ou même la CAN 2019. Il faut reconnaître que l’ancien pensionnaire de l’Olympique de Lyon (OL) n’oublie pas d’où il vient, qui il est et à qui il doit son ascension dans le monde de football. « Avant d’intégrer l’équipe du Nasr Hussein Dey, je souhaitais occuper le poste d’agent de sécurité au métro d’Alger ». 

Djamel Benlamri : ses difficultés avant de tonitruer sous le maillot de l’équipe d’Algérie 

Il s’agit là de ce dont s’est rappelé le défenseur central de l’EN avant de rentrer plus dans les détails. « Je n’avais pas trop le choix à l’époque. Je n’avais aucune gêne avec un poste de ce genre. Tout ce qui comptait pour moi c’était de travailler pour joindre les deux bouts. Tout travailleur est un héros, n’est-ce-pas ? », a-t-il encore révélé aux médias locaux. 

Le numéro 4 de l’équipe d’Algérie, Djamel Benlamri, a aussi dit avoir le sentiment que tout bon cœur finit, tôt ou tard, heureux.  « Je suis passé par des périodes vraiment délicates. J’ai souffert le martyre, mais contrairement à beaucoup d’autres personnes, j’ai finalement pu m’en sortir. J’ai un très bon cœur, c’est pour cette raison que Dieu ne m’a jamais laissé tomber », a-t-il poursuivi. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes