L’importation des voitures d’occasion mettra fin à la crise du marché automobile ?

Algérie – L’importation des voitures d’occasion colmatera-t-elle la crise à laquelle se heurte le marché automobile en Algérie ? Le nouveau texte relatif à cette activité commerciale de l’avant projet de la Loi de finances complémentaire (LFC) pour l’année 2021 apporte cette lueur d’espoir. 

Le gouvernement, assailli de crises de toutes parts, s’emploie à tirer d’affaires, autant que faire se peut, le marché de véhicules, totalement sinistré. Avec des concessionnaires qui peinent à obtenir des agréments finaux, il faut compter un laps de temps avant de voir sur les routes algériennes des engins neufs. Pour suppléer cette absence et sauver le secteur automobile d’une crise rude, l’Algérie miserait sur l’importation des voitures d’occasion. 

Frappé de plein fouet par le sinistre sanitaire, l’automobile peut rêver d’une transition favorable à l’économie nationale. En vue d’éviter de suivre le même sillon de l’année 2020, le ministère des Finances entend activer le processus de l’importation des voitures de moins de trois (3) ans. De quoi réconforter les concessionnaires et les citoyens algériens désirant acheter un véhicule. 

Si l’on se fie aux informations que relate Sayarat Live; le retour à cette activité commerciale suffit pour faire baisser les prix en faveur du consommateur Algérien. Elle fera naître une concurrence intensive entre les dépositaires. Ce qui entraînera des baisses de prix significatives et ainsi rendre les offres plus alléchantes les unes que les autres. C’est en effet ce que mentionne le média arabophone dans son édition du 12 mai 2021.

Algérie : Le gouvernement veut favoriser les ventes de véhicules usagés 

Le Comité ministériel chargé de suivre les dossiers relatif à l’exercice de l’activité des concessionnaires de voitures d’occasion s’apprête à reprendre son activité. Il devra, dans un proche avenir, ainsi octroyer des agréments selon le nouveau texte de l’avant-projet de la LFC 2021

Effectivement, les estimations du texte de l’APLFC de l’année en cours indiquent que les mesures, liées aux opérations de dédouanement pour les véhicules de moins de trois (3) ans, doivent être séparées. Cette révision tend à libérer et débloquer l’importation de plusieurs catégories de voitures utilitaires. Soit des engins de transports des personnes et des marchandises. En plus de ceux à usages spéciaux ou encore des tracteurs. 

Cette mesure s’inscrit donc dans le cadre de la relance économique. Elle orientera le marché automobile algérien, actuellement fragilisé et à la traîne, à la hausse. C’est selon le ministre Aymen Benabderrahmane, un dispositif de soutien à l’investissement et aux grands secteurs de l’économie.   

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes