Algérie : Importation de voitures neuves / moins de trois ans, que choisir ?

Algérie – L’importation de voitures neuves en Algérie et le montage automobile local ainsi que l’importation de celles d’occasion de moins de 3 ans mettront-ils le client algérien dans l’embarras du choix ? En tout cas une chose est certaine, la qualité et le prix seront les principaux éléments qui seront pris en compte ; pour opter pour telle ou telle catégorie de véhicules.

On se demande aujourd’hui si l’Algérien pencherait à acquérir un véhicule neuf, ou celui d’occasion (moins de 3 ans), dans le cadre de la reprise de l’importation des voitures neuves et le montage automobile en Algérie. D’ici relativement peu de temps, le consommateur algérien aura l’embarras du choix. Cela concernera la voiture neuve (importée ou montée localement) ; et la voiture d’occasion.

Les éléments qui permettront d’anticiper le penchant futur du citoyen sur le marché national de l’automobile ; aide à déterminer l’option à laquelle il optera éventuellement. À vrai dire, l’élément le plus déterminant à côté de la qualité ; reste le prix bien évidement. Justement et en ce qui concerne ce dernier ; le ministre de l’Industrie nous a filé un tuyau.

Ferhat Ait Ali Braham a précédemment averti les Algériens de ne pas céder à l’attente de prix, tirant trop vers le bas, des voitures de moins de 3 ans. Le premier responsable de l’Industrie dans notre pays ; a expliqué clairement que les prix de ces véhicules d’occasion seront plutôt proches des véhicules neufs.

Le kilométrage n’excède jamais les 20.000 km par an. Les tarifs douaniers ; et le taux de change (parallèle) de la monnaie forte qui servira à acheter les voitures d’occasion ;  propulseront davantage les prix vers le haut.

Importation de voitures neuves et celles de moins de trois ans : Les cahiers des charges pour le 22 juillet et la course pourra commencer

Pour mémoire, les cahiers de charge de l’importation des véhicules neufs et d’occasion de l’étranger ; et celui de la construction automobile dans notre pays se verront publiés le 22 du mois courant. Un Conseil des ministres s’est tenu avant-hier ; et le président Tebboune a instruit Aït Ali au sujet de cette publication.

L’épisode précédent du montage automobile en Algérie offrait aux Algériens des voitures de moindre qualité. Alors que leurs prix étaient à chaque fois onéreux. L’activité des concessionnaires automobiles connaissait la rupture pendant ce temps-là. Le fiasco a continué et à sa chute des affaires de corruption énormes ont surgi.

Certains affirment aujourd’hui qu’ils préfèrent de loin une voiture neuve importée à celle, toujours d’importation, mais d’occasion. Tel choix est inspiré des propos du ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, dont la déclaration relative aux prix rapprochés incitent beaucoup à avancer qu’il vaut mieux en débourser un peu plus ; et ce afin d’obtenir un véhicule première main.

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !