Importation de véhicules en Algérie : L’ACAM attend le cahier des charges

Algérie – Le président de l’Association des concessionnaires automobiles multi marques (ACAM), Youcef Nebbache, s’est prononcé sur la question. Il a affirmé dans ce sillage que pour savoir quel avenir aura le marché automobile; il faudrait attendre le cahier des charges qui régira l’importation des véhicules.

Youcef Nebbache s’est en effet exprimé sur le fait de commenter ce que sera le marché automobile dans les prochains jours. Il a donc affirmé que cela dépend de la publication du nouveau cahier des charges organisant l’importation des véhicules. Celui-ci n’est pas encore rendu public. L’intervenant a tenu ces propos dans un entretien au journal algérien El Massa.

L’orateur a ajouté que les mesures annoncées jusqu’à présent sont insuffisantes. Elles ne sont toujours pas claires pour les concessionnaires. Ces derniers attendent par conséquent la publication du cahier des charges. Ce sera le texte juridique qui contrôlera leurs activités. Notre interlocuteur a exprimé son espoir d’une publication rapide de ce texte. Les importateurs craignent de clôturer  l’année sans avoir entamé l’importation.

L’interlocuteur du quotidien arabophone a également abordé l’importation des voitures du pays d’origine. Cette condition qu’imposera le nouveau cahier des charges ne le dérange nullement. Au contraire, Nebbache a salué cette décision. Tout comme d’ailleurs de nombreux concessionnaires. Ces distributeurs la jugent positive. Ils la trouvent utile pour lutter contre la surfacturation; ainsi que pour préserver la qualité des voitures importées.

Importation de véhicules : Le cahier des charges pour juillet, selon Ait Ali

Des spécialistes dans le domaine de l’automobile ont critiqué certaines des conditions.  Quelques une alors dont a parlé le gouvernement. C’est en tout cas ce qu’a rapporté l’organe de la presse écrite. Ces experts ont montré des réticences par rapport à ces décisions. Ils les assimilent à des facteurs qui freineront l’activité d’importation des voitures. Elles sont décrites par eux comme étant inapplicables.

Ces conditions imposent des restrictions en matière de passement de commandes. De sorte que le concessionnaire ne peut importer des voitures qu’après avoir enregistré des commandes de ses clients. Les experts, que notre source a mentionné, soulignent que cette condition entraînerait de longs délais de livraison. Les délais vont aller jusqu’à environ un an. Sachant que l’usine ne peut répondre aux commandes que trois mois après.

Il convient de rappeler les dires du consultant dans l’automobile, Mohamed Yaddadene. Il a déclaré que la réglementation du marché dépend du nouveau cahier des charges. Un texte en cours d’élaboration par le Ministère de l’Industrie. Le ministre Ferhat Ait Ali vient d’ailleurs d’annoncer qu’il  serait publié le mois prochain; à savoir juillet 2020.

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !